Partager

Le centre médical inauguré le 27 juillet est l’effort de la communauté musulmane des Soufis du Mali et d’ailleurs. Baptisé « Centre médical Cheick Soufi Bilal Diallo », il est constitué, entre autres, d’une salle d’attente, d’un bureau de consultations hommes et femmes, d’une pharmacie, d’une salle d’hospitalisation, de maternité, d’un laboratoire, deux morgues hommes et femmes et d’une ambulance.

La cérémonie d’inauguration du Centre médical Cheick Soufi Bilal Diallo vendredi courant était présidée par le ministre des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine, Dr. Abdourahmane Sylla, en présence du chef de cabinet du ministère de la Santé, Yaya Haïdara, du directeur national de la santé, Dr Ousmane Dembélé, et de la directrice régionale de la santé, Mme Badiallo Touré, ainsi que plusieurs autres personnalités et les autorités coutumières.

Pour le ministre Sylla, Soufi Bilal Diallo a montré un nouveau chemin à toute personne et à tout musulman qui souhaite voler au secours des populations. « C’est un acte salutaire. Il aime son pays, nous devons encourager ces genres d’actes de générosité dans notre pays », dira-t-il, avant d’inviter le promoteur et la population de la Commune VI à faire le maximum pour la bonne marche de ce centre afin de soulager les citoyens.

Le chef de cabinet du ministère de la Santé, Yaya Haïdara, et le directeur national de la santé, Dr Ousmane Dembélé, ont remercié le promoteur. « Nous sommes fiers de ce centre. Notre département restera toujours auprès des Soufis afin de veiller sur sa bonne marche. L’initiative doit être saluée et encouragée. Nous voulons un travail bien fait du corps médical », ont-ils affirmé. Ils ont invité le promoteur à poursuivre son geste  de générosité sur toute l’étendue du territoire national et de prier pour un Mali uni, stable après les élections du 29 juillet.

Financé à hauteur de plus de  600 millions de F CFA,  ce centre médical a pour mission de lever le pronostic vital sur le malade avant son transfert vers une autre formation hospitalière.

Selon son promoteur, Cheick Soufi Bilal Diallo, il va accueillir des patients et sera à la disposition des populations de la Commune VI et de Sénou en particulier. « Nous devons faire face aux problèmes de la population. L’islam c’est aussi se donner la main pour construire le pays. Ce centre nous allons le mettre à la disposition des populations pour un coup moindre. Il faut que le corps médical sache qu’il est là pour la population. Nous ne voulons pas voir un malade mal traité dans ce centre », a-t-il prévenu.

Adama Diabaté

L’Indicateur du Renouveau du 30 Juillet 2018