Partager

La Convention des Sénégalais du Mali (CSM) a tenu dimanche 17 mai 2008 sa convention nationale dans son nouveau local à l’Hippodrome.
Les militants de la CSM et ses dirigeants peuvent être fiers de leur nouveau siège, inauguré le 17 mai 2008 à la rue 324 au quartier Hippodrome en Commune II.

Ce nouveau siège met fin à la hantise des dirigeants de la CSM qui squattaient les salles de conférence des hôtels et autres lieux de cérémonies publiques pour la tenue de leurs manifestations et rencontres.

L’évènement a drainé une foule nombreuse de la société civile malienne et sénégalaise et des officiels sous la présidence de l’ambassadeur du Sénégal, S. E. Mme Seck Saoudatou Ndiaye.
Aux dires du président de la CSM, Ibra Guissé, le nouveau siège est l’une des réponses aux recommandations faites par le ministre sénégalais du Tourisme et des Sénégalais de l’extérieur au cours d’un séjour dans notre pays.

Mme le ministre avait en même temps prôné l’unité, la solidarité et l’entraide entre eux et en direction des compatriotes en transit sur notre sol. M. Guissé a indiqué que sa convention s’emploie à l’unité et qu’elle a toujours aidé les Sénégalais refoulés d’Algérie et d’autres pays du Maghreb.

Les différents intervenants : S. E. Seck Saoudatou Ndiaye, Dr. Oumar Mariko, président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, le maire de la Commune II, Gaoussou Ly, les représentants des ministres en charge des Affaires étrangères de la Coopération internationale et des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine ainsi que le représentant du président du Haut conseil des Maliens de l’extérieur,

ont mis l’accent foi sur l’ambition fédératrice de nos dirigeants et de nos peuples depuis des années. Selon l’ambassadeur et Dr. Mariko, les deux pays ont la même devise « Un Peuple, Un But, Une Foi » et sont prêts à abandonner tout ou partie de leur souveraineté pour réaliser l’unité africaine.

La diplomate sénégalaise a indiqué que le siège de la CSM est « un outil indispensable à l’intégration et à la solidarité entre Sénégalais et Maliens conformément aux objectifs des présidents Me Abdoulaye Wade et Amadou Toumani Touré ».

Et d’ajouter que « les peuples sénégalais et maliens sont en avance sur les institutions pour ce qui est de l’intégration », car expliquera-t-elle, « on ne sait pas dans ces deux pays, qui est Sénégalais ou qui est Malien ».
Les organisateurs ont fait d’une pierre deux coup.

Ils ont couplé la cérémonie d’inauguration avec la tenue de la Convention nationale de la CSM. Une cérémonie qui fut l’occasion, pour de nombreux invités de marque venus de Dakar et de la diaspora sénégalaise des USA, de témoigner par des mots aimables leur sympathie à l’endroit de la CSM.
Selon des témoins, les Sénégalais du Mali se distinguent par leur esprit de fraternité, de solidarité et leur contribution à l’effort national de développement.

Ils ont d’ailleurs contribué de fort belle manière à l’amélioration du taux de participation aux dernières échéances présidentielle et législatives.

Les participants venus de tout le Mali ont procédé au toilettage de leurs textes fondamentaux en mettant en place un nouveau bureau. Le président fondateur de la CSM, Ibra Guissé, a été reconduit à son poste avec comme vice-président Maïssa Badiane, Ndèye Fatou Touré. M. Agne a été élu secrétaire général.

La Convention des Sénégalais du Mali (CSM), qui regroupe des Sénégalais de Bamako et des 8 régions du Mali a 9 ans. Elle a été mise en place en 1999 par la diaspora sénégalaise au Mali à l’initiative d’Ibra Guissé, un sexagénaire qui a passé la moitié de sa carrière de cheminot au Mali.

Abdrahamane Dicko

19 Mai 2008