Partager


Après une semaine d’intenses activités, les rideaux sont tombés ce 2 Juin 2008 sur la 8e édition de la Semaine de l’intégration organisée sous la houlette du ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine. Ainsi, c’est le Boulevard de l’Indépendance, en Commune III, qui a été choisi pour clôturer les activités de cette semaine.

La cétémonie s’est déroulée sous la présidence du Docteur Badara Alou Macalou, ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, en présence du chef de la Direction nationale de l’Intégration et de plusieurs autres personnalités, du Maire de la Commune III et non moins président de l’Association des Municipalités du Mali (AMM), et des chefs des différents quartiers de la Commune.

La cérémonie a débuté par les mots de bienvenue du président de la commission d’organisation et du coordinateur des chefs des quartiers de la Commune II, M. Ibrahim Siré Fadiga et le doyen Bamoussa Touré, qui se sont réjouis de la fête qui, selon eux, a été une réussite totale.

Avant le discours du ministre Macalou, le Public a eu droit à une animation musicale assurée par la Troupe du District et des groupes de communautés sénégalaises et congolaises résidant au Mali. Rappelons que dans le cadre de cette semaine le principal thème retenu cette année est “la libre circulation des personnes, le droit de résidence et d’établissement dans l’espace communautaire de la CEDEAO ”.

Pour le ministre Macalou qui présidait cette cérémonie, en décidant d’institutionnaliser la Semaine de l’intégration africaine, le gouvernement du Mali entendait mettre en place un cadre de diffusion et de popularisation des idéaux de l’intégration africaine.

La manifestation organisée conjointement par le département, les maires des six communes du District et la fédération des communautés africaines au Mali, constitue assurément le meilleur répondant au thème retenu, a indiqué le ministre Macalou.

Toutefois, il a saisi cette occasion pour exprimer sa désapprobation devant les multiples tracasseries rencontrées par les différentes communautés dans l’espace CEDEAO, malgré l’entrée officielle en vigueur du protocole de cette organisation relatif à la libre circulation des personnes, le droit de résidence et l’établissement.

Selon le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, pour faire face aux défis de la mondialisation, nos micro- Etats n’ont d’autre choix que l’intégration. Aux dires de Badara Alou Macalou, le marché commun que la CEDEAO se propose de bâtir ne peut être réduite à la seule libre circulation des biens et des services.

Elle doit impérativement se baser sur la liberté de circuler, de résider et de s’établir là où l’on trouve des opportunités d’affaires et de travail, indiquera t-il.

Aussi informe t-il que le gouvernement du Mali, fidèle à son engagement en faveur de l’unité du continent, poursuivra inlassablement son combat en vue de l’accélération du processus d’intégration de la sous-région. Aussi, il signalera que les initiatives du Mali au sein de la CEDEAO, en vue de faire du concept de pays frontières une autre stratégie d’accélération du processus d’intégration, relève de ce combat.

Aussi, l’inter-communalité transfrontalière, qui est en train de prendre corps sous l’impulsion de l’Association des Municipalités du Mali constitue, aux yeux du Ministre Macalou, une excellente opportunité pour promouvoir l’intégration de proximité.


Laya DIARRA

04 Juin 2008