Partager

Telle est l’ambition des plus hautes autorités maliennes, à travers le ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine avec l’organisation chaque année d’une semaine dédiée à l’intégration afriaine. Cette semaine qui a démarré le vendredi 25 mai dernier à la Tour d’Afrique fut présidée par le Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga. Etaient également présents, 11 ministres du gouvernement, les présidents des institutions ou leurs représentants ainsi que des ambassadeurs accrédités dans notre pays.

Arrivé à 9 heures précises, le Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga, accompagné du ministre Oumar H. Dicko, de l’Intégration, des autorités de la Commune VI ainsi que le gouverneur Féfé Koné du District de Bamako, a procédé à la montée des couleurs avec l’exécution hymme de l’Afrique par la fanfare nationale. Dans ses propos, le Premier ministre a déclaré que le 25 mai est une journée de commémoration de souvenir et de réflexion. Pour lui, célébrer chaque année l’anniversaire de la création de l’Afrique est toujours une émotion, un hommage mérité à l’égard des pairs fondateurs de l’OUA en 1963.
Notre génération a le devoir et l’obligation de véhiculer la paix, la sécurité pour la prospérité des Africains et cela doit passer par une intégration réelle dans les domaines économique, social, culturel et politique.” a-t-il ajouté.

Pour le P.M, l’édition 2007 doit permettre à une mobilisation des populations autour des idéaux de l’intégration afin d’obtenir l’adhésion des populations et des acteurs économiques aux différents programmes et projets d’intégration .

Rappelons que 19 communautés africaines plus le Mali étaient présentes à cette cérémonie. Elles sont regroupées au sein de la fédération des communautés africaines au Mali (FCAM) présidée par BRISSI Ignace La journée de salubrité organisée au centre de santé de référence de Sogoniko était une occasion pour les communautés Africaines d’apporter, à leur manière, leur contribution à l’édification de leur pays d’acceuil. Ce qui fera dire au chef de centre de Sogoniko, Dr Boubacar Traoré que le choix porté sur son centre lui va droit au coeur et a remercié le ministère et les communautés africaines.

En tout cas, le choix porté sur ce centre par le fait que la Commune VI est la plus grande et la plus peuplée. . Par ailleurs, les activités cette célébration se sont poursuivies dans l’après midi avec les 1/2 finales du tournoi de football joués sur le terrain Shaba de Lafiabougou. C’est ainsi que la Commune VI a battu la Commune III sur le score de 2 à 1, tandis que le Cameroun disposait de la Côte d’Ivoire sur le score de 2 à 0. C’est dire que la Commune VI et le Cameroun qui joueront aujourd’hui la finale.

Pour la 2e journée de la semaine, elle a débuté sur l’esplande du Centre international des conférences de Bamako par des manifestations folkloriques. Ce fut une occasion de découvrir toutes les facettes des riches cultures africaines des 19 communauttés. Un constat s’impose, c’est qu’il y a une similitude entre les cultures des différents pays africains. C’est ainsi que le public présent et les autorités du pays ont pu apprécier les masques du Bénin, comparativement à ceux du plateau dogon, les danseurs percussionnistes venus du Congo Brazza, les violonistes venus deSierra Leone. Une exposition de produits a permis au public d’apprécier d’autres valeurs culturelles d’Afrique.

Une conférence-débats sur le thème “Présence et intégration des communautés africaines au Mali” fut animée par des cadres des ministères de l’Administration territoriale et des collectivités locales, de la sécurité intérieure et de la protection civile, des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine et enfin par le président de la fédération des communautés africaines au Mali. Cette conférence, riche en couleur et en enseignement, a permis aux uns et aux autres d’être édifiés sur les problèmes rencontrés par les communautés africaines dans les pays de résidence. Ces problèmes sont surtout liés au racket des policiers, à la régularisation des papiers, aux frais de séjour et de visas, à la libre circulation des biens et des personnes et surtout la situation des étudiants voulant étudier au Mali. Des réponses rassurantes ont été données par les conférenciers par rapport à tous ces problèmes.

Néanmoins, les communautés africaines se réjouissent de la bonne collaboration et de la bonne entente entre elles et la population malienne. Le représentant de la communauté Burundaise se dit supris de voir l’organisation d’une telle cérémonie : “Je vous avoue, c’est seul au Mali que les étrangers aient l’opportunité de s’exprimer de la sorte et devant les autorités du pays. Cela prouve que le Mali veut réaliser l’intégration et j’exhorte les autorités maliennes à persévérer davantage. C’est au Mali seul qu’on se sent en sécurité jusqu’à une certaine heure.

A la fin de la conférence-débats, le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine Oumar H. Dicko a invité la société civile et la fédération des communautés africaines au Mali, à un éveil de conscience, à une prise de conscience pour se mobiliser davantage. C’est ainsi que le ministre Dicko dira que la fédération des communautés et le ministère de la Sécurité intérieure doivent se concerter et d’instaurer des journées de sensibilisation et d’information et surtout de les pérenniser avec des échanges entre les communautés et les agents de sécurité, des rencontres périodiques, mensuelles voire annuelles entre les communautés africaines et le ministère des Affaires étrangères. Enfin le ministre a promis de créer un point focal pour faciliter le contact entre son département et la FCAM en vue de la prise en charge de leurs préoccupations majeures.

La cérémonie s’est poursuivie dans la soirée avec la nuit de l’intégration africaine animée par des artistes venus de toute part qui ont emerveillé la salle à travers des chansons et scketches sur les difficultés de la concrétisation réelle de l’intégration, c’est à dire les avantages et atouts.

La troisième journée a débuté par un cross country sur le boulevard de l’indépendance en filles et en garçons dont les trois premiers de chaque catégorie furent recompensés. Aussi, une caravane sida fut également organisée dans l’après midi pour sensibiliser et informer sur les vrais dangers de la maladie ; suivie d’un méga-concert.

Cette semaine d’intégration prendra fin ce lundi avec une conférence débat sur le thème “Immigration et intégration africaine : ce cas de la CEDEAO” et la finale du match de football entre la CVI et le Cameroun.

Sadou Bocoum

28 mai 2007.