Partager


La semaine de l’Intégration Africaine est une occasion pour les communautés vivant au Mali de mieux se connaître et de s’accepter mutuellement. C’est l’occasion de recenser les difficultés auxquelles celles-ci sont confrontées dans notre pays. Ce qui justifie le thème de la conférence intitulé « la présence et l’intégration des communautés africaines au Mali ». A travers cette conférence, on s’est rendu compte que le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, Oumar Hamadoun Dicko est très préoccupé par la situation de ces communautés dans notre pays.

« Le 25 mai est toujours une journée de grande émotion pour les Africains. C’est le 25 mai 1963 que les pères fondateurs ont créé à Addis Abeba l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA). Nous pensons aux pères fondateurs, à tous les combattants de l’Afrique qui se sont battus pour la libération politique de l’Afrique. Notre génération doit se donner la main pour le combat pour l’économie africaine, la lutte contre la pauvreté, la sécurité et la paix« . C’est le sens que le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Ousmane Issoufi Maïga a donné à la célébration de la journée de l’Afrique, le 25 mai dernier.

Le ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine accorde beaucoup d’importance à cette journée. C’est pourquoi, il a initié, depuis quelques années, la semaine de l’intégration africaine. C’est un événement de retrouvailles, d’échanges et de réflexions entre les différentes communautés basées au Mali. C’est également une occasion pour que ses membres puissent se connaître et s’accepter mutuellement.

Comme dira le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, Oumar Hamadoun Dicko, « la semaine de l’intégration offre aux animateurs des structures d’intégration de faire connaître les enjeux et les défis de l’intégration africaine et d’exposer les chantiers et programmes conçus pour relever les obstacles« . Quand on sait que « le Gouvernement du Mali a fait de l’intégration africaine un axe majeur de sa stratégie de développement« .

Si le thème de l’édition 2006 était consacré au concept de « pays frontières », celui de 2007 est axé sur « la présence et l’intégration des communautés africaines au Mali« . S’agissant de ce thème, le Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga estime que le combat pour l’intégration africaine est le socle de la création de l’Union Africaine. « Aujourd’hui, notre combat, c’est d’intégrer nos peuples et nos économies. Nous avons deux organisations phares dans notre sous région à savoir l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest et la communauté économique de l’Afrique de l’Ouest. Les Africains qui vivent sur notre territoire, nous leur adressons nos salutations fraternelles. Ils sont chez eux, parce que le Mali et l’Afrique sont unis ensemble pour le pire et pour le meilleur. Nous sommes très heureux de les accueillir.. » parole du Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga, tout juste après la montée des couleurs, le vendredi matin à la Tour de l’Afrique à Faladié.

Comme à l’accoutumée, plusieurs personnalités étaient présentes à cette cérémonie. Il s’agit notamment des membres du Gouvernement, du Corps diplomatique accrédité au Mali, des délégations des différentes communautés au Mali et d’autres invités de marque.

Cette semaine (25-28) sera marquée par plusieurs activités comme la journée de salubrité, la caravane pour la sensibilisation au VIH-Sida, du match de football entre les communautés, les manifestations folkloriques, la dégustation de mets africains et même des concerts.

S’agissant de la journée de salubrité, le choix s’est porté sur le Centre de santé de référence de Sogoniko. Au nom du ministre Oumar Hamadoun Dicko, son Secrétaire général Mamady Traoré a adressé ses félicitations aux communautés pour cette initiative. Le médecin chef du centre, Boubacar Traoré estime que c’est un honneur de voir tous ces peuples dans leurs locaux pour commémorer la journée de l’intégration africaine.

Plusieurs thèmes seront débattus au cours de cette présente semaine. Après avoir débattu le thème « appropriation des enjeux du NEPAD par les acteurs de la société civile malienne » à Koulikoro, les communautés étrangères étaient venues en nombre le samedi 26 mai au CICB, pour la conférence qui portait sur le thème « présence et intégration des communautés africaines au Mali« .

Cette conférence animée par les cadres de certains départements ministériels a permis de recenser et de connaître les difficultés auxquelles les différentes communautés sont confrontées au Mali. Selon le représentant de la communauté togolaise, leur problème se trouve à deux niveaux. D’abord l’acquisition de marchés au Mali et surtout la gestion de l’après match Mali-Togo.

Il a suggéré au ministre Oumar Hamadoun Dicko et son équipe d’ouvrir une ligne téléphonique directe dans son département afin que les étrangers puissent communiquer, lorsqu’ils ont des problèmes.

Le représentant de la République démocratique du Congo (RDC) dira que son pays n’a pas de représentation au Mali, ni consulat, ni Ambassade. Et leur ambassade se trouve à Dakar. C’est pourquoi, il a demandé au ministre Oumar Hamadoun Dicko de défendre les Congolais comme les autres communautés. Il a ensuite suggéré au Gouvernement du Mali d’accorder un moratoire afin que les Congolais qui n’ont pas de papiers, puissent vivre en règle au Mali.

Le ministre Oumar Hamadoun Dicko a pris bonne note de toutes ces préoccupations afin de trouver des solutions idoines. En tout cas, la semaine de l’intégration 2007 aura atteint ses objectifs puisque les différentes communautés étaient très satisfaites.

Le thème  » immigration et intégration africaine : le cas de la CEDEAO  » sera débattu ce matin au CICB. La semaine sera bouclée le soir par la finale du tournoi de football.

Alou B HAIDARA

18 mai 2007.