Partager

Vernissage exposition d’art sur les korèdugaw, causerie-débat sur la confrérie des chasseurs, dîner gala ont caractérisé la cérémonie de pré lancement du festival sur le Niger à Ségou, le 21 décembre 2013, avec comme thème « diversité culturelle et réconciliation nationale« .

jpg_une-2448.jpgLa 10è édition du festival sur le Niger est prévue du 4 au 9 février 2013 à Ségou, sur les berges du fleuve Niger. A l’orée de cette activité à dimension mondiale, une journée est retenue pour le pré lancement.

Placée sous le signe de « la diversité culturelle et réconciliation nationale », l’objectif de la cérémonie, consiste à préparer les populations de Ségou et d’ailleurs à la tenue de l’événement qui dure six jours. Samedi 21 décembre au Centre culture Korè (CCK), et à la Fondation du Festival sur le Niger, des centaines de personnes venues de différents horizons ont assisté à ladite journée. Au CCK, deux événements majeurs de la journée se sont tenus : le vernissage de l’exposition sur les korèdugaw et la causerie-débat sur la confrérie des chasseurs, pendant que le dîner gala a été organisé à la Fondation du festival.

Considérée comme l’une des plus grandes confréries universelles dans l’aire culturelle Manding, la société d’initiation korè est en voie de disparition. Promouvoir la création contemporaine et mettre en valeur le rôle social de la confrérie korèdugaw et produire un travail artistique débouchant sur les œuvres de qualité, est le sens donné au vernissage-exposition à l’attention des korèdugaw. En présence de nombreux invités dont le recteur de l’université de Ségou, le représentant du maire de Ségou, le président des korèdugaw de la région de Ségou, Tiètemalo Dembélé, très humoriste, s’est félicité de l’action combien salutaire des responsables du FN, qui depuis des années ne ménagent aucun effort pour la promotion du korèdugaya à Ségou. Pour lui, leur confrérie a joué et continue à occuper le rôle à eux dédié dans la société. « Le korèdugaya est transmis de père en fils, de génération en génération », a révélé M. Dembélé. Le chef des korèdugaw.

Après ses mots de remerciement, Mamou Daffé, directeur du FN, a procédé à la coupure du ruban symbolique qui a donné lieu à l’ouverture du vernissage. Le responsable patrimoine du CCK, Sekou Traoré, en vrai connaisseur de la confrérie des korèdugaw, à travers les 14 patch-photos accrochées au mur du Musée du CCK, donné des explications sur le sens des œuvres.

Il faut dire que immédiatement après cette cérémonie, a suivi la causerie-débat, sur la confrérie des chasseurs, animée par le Pr. Fodé Moussa Sidibé. La boucle a été bouclée par un dîner gala dans l’enceinte de la Fondation du festival sur les berges du fleuve avec la prestation des artistes du « Super Biton ». Il a réuni les autorités administratives, politiques de Ségou, des invités de marques et des représentants des départements de l’artisanat et de la culture. Pour eux, la tenue du festival sur le Niger, suscitera la reprise du tourisme dans la région et au-delà. L’exposition est ouverte au public jusqu’au festival.

Amadou Sidibé

(envoyé spécial)

Les Echos du 23 Décembre 2013