Partager

leopards1.jpg

Séduire à tout prix ! A Brazzaville au Congo, l’utilisation à visée cosmétique de produits dépigmentants connaît un essor inquiétant. Chez les femmes, mais aussi chez les hommes.

Des médecins mettent en garde contre les complications fréquentes et potentiellement graves de ce que les initiés appellent kapokola.

C’est en effet ce que révèle une étude réalisée à Brazzaville, dans le cadre d’une mission humanitaire, par le Dr Mohamed Boui et son équipe de l’hôpital militaire Mohammed V de Rabat au Maroc. Sur les 450 hommes qui ont été examinés, 18 soit 4%, présentaient des signes cliniques liés à cette pratique.

Les auteurs précisent que ces hommes étaient soit aisés, soit fonctionnaires. Les complications observées -principalement sur le visage, les mains et les pieds- sont des hyper ou des hypo-pigmentations, ainsi que des vergetures. Des cas d’infections et d’acné ont également été signalés.

En revanche, pas de complications à type de diabète ou d’hypertension, retrouvées notamment chez les femmes. Les auteurs avancent à cela deux raisons: le début tardif de cette pratique chez les hommes, et l’utilisation d’une quantité moins importante de produits par rapport aux femmes.

Malgré tout, l’usage inconsidéré de produits de dépigmentation expose à des complications graves, nous a confirmé le Dr Boui. Il a également identifié quelques substances toxiques comme l’hydroquinone. Interdite dans l’Union européenne depuis février 2001, cette dernière est utilisée en Afrique sub-saharienne à des concentrations très élevées.

Malheureusement, les notices d’utilisation ne font aucune mention des concentrations des produits utilisés. Le Dr Boui ajoute enfin que la plupart des produits de fabrication artisanale contiennent des substances corrosives comme l’acide, le citron ou encore le savon noir…

(Destination santé)

L’Essor du 26 février 2008.

P.S: Les femmes qui se dépigmentent, sont traités ironiquement de grosses mouches, ou femmes léopards… à cause de leurs corps qui se présentent sous différents tons (elles peuvent avoir les mains et pieds noirs, le visage clair…)


Les publicités pour les produits de beauté « éclaircissants » seront désormais interdites au Burkina Faso. Dans ce pays où s’éclaircir la peau est devenu un véritable phénomène de société, le Conseil Supérieur de la Communication entend limiter cette réalité et prendre des mesures concrètes. Car ces crèmes qui dépigmentent l’épiderme, au premier abord inoffensives, peuvent entraîner de graves conséquences pour la peau si elles sont utilisées abondamment.

Matraquage publicitaire productif. Le désir de ces femmes, de se rapprocher des exigences esthétiques du moment, fait les choux gras de nombreuses entreprises cosmétiques qui se font de l’argent sur leur peau. « Toutes ces enseignes tirent profit de la couverture médiatique que peut offrir la télévision. La publicité influence les femmes. C’est l’un des facteurs de cette utilisation abusive de produits de beauté dangereux, indique Luc Adolphe Tiao. C’est aussi, pour toutes ces firmes, un moyen de s’enrichir. Les pays étrangers, comme les Etats-Unis, déversent leurs produits en Afrique. C’est une honte. »

« Ces publicités sont dégradantes pour la femme. Elles transmettent un message qui porte atteinte à sa personne. Plus une femme à la peau claire, plus elle est censée plaire aux hommes. C’est un critère esthétique ancré dans les mœurs au Burkina. Ces spots donnent de mauvaises habitudes aux femmes », souligne le ministère de la Protection de la femme du Burkina. « C’est un problème social et culturel qui renvoie au complexe de la femme noire. Elle voudrait inconsciemment ressembler à une occidentale. Alors qu’elle devrait être fière de sa carnation, elle l’a nie en se décapant la peau. Elle rejette ce qu’elle est et c’est en cela que ces produits portent atteinte à sa dignité », souligne Luc Adolphe Tiao.

Comme l’explique le président du CSC, les hommes contribuent aussi à attiser cette fièvre de la peau blanche en demandant à leur femme d’utiliser ces produits. Des raisons sociales et économiques poussent aussi ces femmes à se badigeonner corps et visage. « Le célibat est vécu comme un drame. Le mariage est primordial. Résultat : les femmes font tout pour se rendre désirables en vue de trouver un mari. Elle sont prêtes à faire le sacrifice de leur peau », développe Mariam Lamizana, présidente de l’association la Voix de la femme au Burkina.

« Ces crèmes enlèvent le teint et laissent des taches », poursuit le ministère de la Protection des Femmes du Burkina Faso. Amincissement de la peau, problèmes de cicatrisations, lésions locales, hyperpilosité, acnés, autant de complications auxquelles s’exposent ces femmes. Plus grave encore : « Ces cosmétiques peuvent provoquer des brûlures, souligne le président du CSC. Pour certaines femmes qui en ont appliqué avec trop de vigueur, elles ne peuvent plus se mettre au soleil ». Selon Mariam Lamizana, « ces produits contiendraient des substances cancérigènes et pourraient engendrer de graves maladies comme par exemple le diabète. Des applications fréquentes et sans modérations pourraient même entraîner la mort. »

Source: poupounex.skyrock.com