Partager

Des chairs de poulets frauduleux dans des conteneurs et la viande d’animaux morts, ont été saisies par les services de la Direction Régionale Vétérinaire. C’était au marché des Halls de Bamako, le lundi, 22 juillet 2013.

La Direction Régionale vétérinaire est actuellement à pied d’œuvre dans les marchés. En ce moment béni du mois de carême, des personnes mal intentionné profitent de la cherté des denrées alimentaires pour importer frauduleusement des poulets dont le prix défie toute concurrence. Certains, vendent également de la viande d’animaux morts. Le cas du marché des Halls de Bamako mérite une attention particulière. La direction y a constaté que des conteneurs contenaient 48 cartons de poulets de chairs congelés, soit 10 kg par carton. C’est par la suite de cette saisie que les services de la Direction Régionale ont aussi mis le grappin sur de la viande d’animaux morts. Selon Bamba Keita, chef de division santé publique vétérinaire, une loi malienne interdit l’importation de la viande fraiche, de la viande de volaille. Il a indiqué que les services de l’Etat qui s’occupent du domaine ne savent pas en général la provenance de ces poulets de chairs.

« Les services de l’Etat doivent redoubler de vigilance car ces viandes peuvent provenir de zones de radiation, d’animaux morts, ou elles peuvent être victimes de la grippe aviaire », a dit M. Bamba. Il dira que son service a pour vocation également de protéger le marché national de l’intrusion de n’importe qu’elle produit pouvant mettre à terre l’économie nationale. « Des milliers de jeunes nationaux qui exercent dans ce domaine subissent une concurrence déloyale car en général ces chairs importées sont vendues à des prix qui défient toute concurrence » a-t-il dit. Selon le chef de division de la Direction Vétérinaire, M B. Keita, un des voisins du Mali à l’habitude d’avoir des problèmes avec ces poulets importés. Il a donc saisi l’occasion pour demander à la population plus de vigilance. Pour lui, leur premier message s’adressera aux fraudeurs. Les fraudeurs a-t-il indiqué doivent savoir que la loi malienne interdit l’importation de la chair fraiche.

En second lieu, il a demandé à la population plus de coopération et ne pas se laisser séduire par le bas prix de ces viandes généralement de provenances douteuses. Les investigations vont continuer tout le long de ce mois qui est une période bien indiquée pour ces fraudeurs nous a fait savoir M. Bamba Keita. Au moment ou nous mettons sous presse cet article, la directrice et ses services attendaient un huissier pour ouvrir d’autres conteneurs.

Fakara FAINKE

Le Républicain du 23 Juillet 2013