Partager

Les pays d’Afrique centrale tiennent jeudi un nouveau sommet à N’Djamena sur la Centrafrique, convoqué par le Tchad, ulcéré par l’incapacité des autorités de Bangui à mettre fin aux violences et alors que la France veut une montée en puissance au plus vite de la force africaine (Misca). « Le sommet a été convoqué à cause de la détérioration de la situation sécuritaire », a déclaré à l’AFP le secrétaire général de la la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC), Allami Ahmat, ajoutant: « il ne s’agit pas de changer un régime, ni de changer la transition, il s’agit de prendre des dispositions pour restaurer la paix et la sécurité en Centrafrique ». « Les autorités centrafricaines seront interpellées pour mieux faire au lieu de perdre leur temps à se quereller, à s’insulter sur la place publique », a indiqué M. Ahmat en référence aux relations notoirement mauvaises entre le président Michel Djotodia et le Premier ministre Nicolas Tiengaye qui assisteront tous les deux aux débats.
Le président français François Hollande souhaite que des élections générales soient organisés au plus tôt, avant la fin 2014. Depuis le renversement en mars du président François Bozizé par une coalition hétéroclite à dominante musulmane, la Séléka, dirigée par M. Djotodia, la Centrafrique a été emportée dans une spirale de violences communautaires et interreligieuses. AFP.