Partager

Des jeunes ressortissants de la région tirent la sonnette d’alarme

La sécurité des personnes et de leurs biens est devenue une denrée rare dans la région de Ménaka. Pratiquement tous les véhicules, en partance ou en provenance de cette localité, sont attaqués entre Ansongo et Ménaka. Conséquence, les transporteurs boudent depuis quelques jours l’axe Gao – Ménaka, imposant une sorte de blocus à cette ville, qui n’a pour seul débouché sur le reste du pays que ce tronçon.

Face à cet embargo qui ne dit pas son nom, des jeunes ressortissants de la région sont montés au créneau le jeudi 1er septembre 2016 pour dénoncer la situation. A la faveur d’une conférence de presse tenue à la Maison de la presse, ils ont exigé la réouverture immédiate de l’axe Ansongo – Ménaka et la mise en place d’un dispositif sécuritaire pour la protection des personnes et de leurs biens.

Autres revendications des jeunes ressortissants de Ménaka, regroupés au sein du Réseau des jeunes ressortissants de Ménaka, l’instauration d’un climat de confiance entre les différentes parties prenantes au processus de paix enclenché avec la signature de l’Accord issu du processus d’Alger et la rénovation de la route Ansongo – Ménaka, qui n’a pas connu de réels travaux depuis 2012.

Il faut souligner que la présente conférence de presse, qui a enregistré la présence de membres de la Coordination des jeunes de Gao, a été l’occasion de demander également la mise en œuvre rapide de l’Accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger.

Yaya Samaké

Du 5 Septembre 2016