Partager

La Force Barkhane a enfin décidé de prendre ses distances avec les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad qu’elle juge trop « caméléon ». Elle compose désormais avec les FAMa pour sécuriser Kidal et sa population.

kidal.gif
Dans un article publié ce matin par Jeune Afrique sur son site « lire l’article sur http://bit.ly/2ddXlkQ », le journal révèle que les troupes de l’opération Barkhane ont pris leurs distances avec les ex-rebelles touaregs.
En effet, Barkhane prend de plus en plus cause et effet pour l’Armée malienne et souhaite que celle-ci prenne le contrôle de la ville et toutes les localités de Kidal afin de mieux sécuriser les populations et leurs biens.

Selon le site, à la veille d’une manifestation anti-Bamako et Barkhane dans la localité de Ber, une colonne de l’armée française a pénétré dans la ville, et un officier a, au cours d’une longue discussion, exigé des hommes qui la contrôlent de laisser l’armée malienne y entrer à son tour. Ainsi, il révèle qu’une opération conjointe des armées française et malienne était prévue à Ber et dans ses environs depuis plusieurs semaines, mais au dernier moment, fin août, la CMA s’y était opposée.
A en croire le site, Ousmane Ould Sidi, un officier de la CMA, leur a confié: « le colonel français a précisé que celui qui a un problème avec l’armée malienne a un problème avec l’armée française et que, s’il le faut, les Français utiliseront la force pour que les soldats maliens rentrent à Ber ».

Depuis, les relations sont « assez froides » entre l’armée française et la CMA. «À Paris, si l’on assure n’avoir jamais varié de position, on reconnaît avoir durci le ton vis-à-vis de ces groupes…Les relations avec les Français ne sont plus aussi bonnes qu’avant, admet un cadre du MNLA. La collaboration sur le terrain s’est beaucoup amoindrie. Et ils arrêtent régulièrement certains de nos hommes…Autre signe qui ne trompe pas : les figures du mouvement se font plus rares à Paris », analyse le site.
Cet assouplissement dans le relations Armée malienne-Barkhane est une bonne initiative qui favorisera le retour définitive de Kidal dans les girons de l’État central de Bamako, mais aussi la paix et la cohésion dans la région.
Sory I. Konaté
26 Septembre 2016
©AFRIBONE