Partager

Moins d’une année seulement après la démission de sa secrétaire générale, l’honorable député Mme Coulibaly Kadiatou Samaké, les démons de la division sont encore de retour dans la section URD de la Commune V du District de Bamako.

De source sûre, le Bureau de consensus mis en place en décembre dernier et qui est aujourd’hui dirigé par Oumar Sididié Traoré dit Gaucher aurait volé en éclats depuis belle lurette. Il n’existerait aujourd’hui dans ledit bureau qu’une unité de façade, affirme jeune de ladite commune. Selon une autre femme de la même Commune V, le malaise est en train de gagner tous les quartiers à savoir Badalabougou, Quartier-Mali, Daoudabougou, Sabalibougou et Baco-Djicoroni. La grogne, ajouta-t-elle, est audible et visible partout. Selon elle, les principales composantes de la section, notamment les jeunes et les femmes mécontents, commencent à se décourager pour une seule raison : la gestion du successeur de Mme Coulibaly Kadiatou Samaké en l’occurrence Oumar S. Touré dit Gaucher.

Les militants URD de la Commune V ont en effet fini de faire le constat que Gaucher n’est pas l’homme qu’il faut pour revigorer leur section pilote. Pour les plus radicalistes qui ne se comptent plus dans les rangs des femmes et des jeunes, leur secrétaire général serait plus loquace qu’efficace. Ils en veulent pour preuve son incapacité à appliquer concrètement les 15 points de la feuille de route élaborée à l’intention du bureau consensuel.

En effet, le remembrement des structures du parti dans ladite commune qui en constitue presque l’ossature n’est pas encore fait jusque-là. Et pourtant, poursuivent les mêmes sources, un délai de six mois avait été donné à Gaucher pour exécuter la feuille de route afin d’atteindre l’objectif global c’est-à-dire la redynamisation de toutes les structures du parti en Commune V (section, sous-section, comités, les mouvements affiliés et les commissions). Un de ses détracteurs lui concéda cependant que c’est vrai que tous les responsables des bureaux, des sous-sections et comités du parti, des mouvements affiliés et des commissions devraient jouer leur partition à titre d’acteurs pour la mise en œuvre de la feuille de route. Mais, comment ces derniers peuvent-ils contribuer à celui qui a prêté le noble serment de conduire la section à bon port s’il n’est pas à la hauteur ? s’interroge-t-il.

La bataille pour le contrôle de la section

Quel crédit peut-on accorder à toute cette vague de contestations et à toutes ces récriminations contre le secrétaire général du bureau de consensus de la section V URD si on sait que bientôt des élections seront organisées pour non seulement renouveler toutes les instances du parti mais aussi et surtout désigner un nouveau secrétaire général. Une conférence de section de tous les dangers doit en effet se tenir en Commune V. C’est dans cette éventualité que certains pyromanes se sont mis à la tâche.

Ces derniers sont d’ailleurs en train de faire courir la rumeur sur le terrain selon laquelle le secrétaire général, Oumar Sididié Traoré dit Gaucher, sachant qu’il est en très forte minorité au niveau des sous-sections, cherche une fois de plus à être nommé comme la dernière fois c’est-à-dire sans la convocation d’une conférence de section en violation flagrante des statuts et règlement intérieur.

C’est cette suspicion généralisée entre les ténors de la section V URD qui règne aujourd’hui dans ce qu’on a jadis appelé la section pilote de la Commune V.

Birama Fall

Le Républicain du 08 Septembre 2010.