Partager


Le feu couve au sein de la section III ADEMA du District de Bamako. Cette section est aujourd’hui au centre des batailles de positionnement pour le Comité Exécutif (CE) en prélude au prochain congrès prévu pour juillet 2008.

Pour la circonstance, selon nos sources, les militants et les responsables se sont divisés en deux camps selon leurs intérêts et leurs affinités. D’un côté il y a le 1er vice-président du parti, M. Soumeylou Boubèye Maïga, ancien ministre et de l’autre côté il y a M. Ibrahima N’Diaye dit Iba, 2ème vice-président de l’ADEMA et ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle.

Ces deux personnalités très influentes du CE ADEMA et leurs partisans luttent en ce moment pour avoir le maximum de postes au sein de l’instance suprême du parti.

Qui aura le déçu? La bataille de positionnement au sein du C.E ADEMA entre les partisans d’Iba et ceux de Soumeylou Boubèye Maïga ressemble à un combat des gladiateurs compte tenu du poids des hommes qui s’affronteront.

Soumeylou et partisans

L’actuel 1er vice-président du C.E ADEMA, M. Soumeylou Boubèye Maïga n’est pas n’importe qui au sein de la section III du District de Bamako. Il compte beaucoup de partisans. En effet, lorsque le CE-ADEMA a décidé d’exclure Boubèye du parti pour indiscipline, l’on se rappelle que la section III avait fait de la résistance avant de se ranger plus tard derrière la majorité des sections.

Et lorsqu’il s’est agi de le réintégrer dans le parti, c’est la section III qui en avait fait la demande au CE. Parmi les lieutenants fidèles de Soumeylou au sein de la section III, il y a le secrétaire général, Modibo Diallo, Directeur du Mémorial Modibo Keïta et candidat malheureux du parti lors des élections législatives en Commune III du District de Bamako. Jusqu’à la preuve du contraire, la voie de Modibo Diallo compte en Commune III.

Fakoroba Coulibaly, président du Mouvement National de la Jeunesse ADEMA est un inconditionnel de Soumeylou Boubèye. Il doit d’ailleurs ce poste au 1er vice-président du parti. Fakoroba Coulibaly est également le secrétaire général de la jeunesse ADEMA de la Commune III du District, poste qu’il pourrait bientôt quitter compte tenu de son âge qui est un peu avancé.

Binta Yattassaye, l’une des combattantes de l’ADEMA de la Commune III est naturellement l’une des partisanes de Soumeylou qui se trouve être son époux. Toutes ces personnalités sont soit membres du CE, soit d’une des commissions de l’ADEMA. Dans un cas comme dans l’autre, elles ont leur mot à dire dans tout ce qui concerne l’ADEMA.

Le camp IBRAHIMA N’DIAYE

Le 2ème vice-président du parti, M. Ibrahima N’Diaye dit Iba, ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, bien qu’il ne milite pas en Commune III, exerce aujourd’hui une certaine influence sur la section III à travers ses hommes.

Iba est la deuxième personnalité du gouvernement Modibo Sidibé, c’est à ce titre que le président de la République lui-même l’appelle souvent le vice-Premier ministre.

Avant sa nomination comme ministre, Iba était le Directeur Général de l’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi (ANPE). C’est Makan Moussa Sissoko qui le succéda à la tête de l’ANPE. En effet, selon nos sources, Makan Moussa doit sa nomination à Iba N’Diaye qui l’a d’ailleurs fait quitter le PSP pour l’ADEMA.

Sa nomination comme D.G de l’ANPE en remplacement de Iba serait donc la recompense de son nomadisme politique. Makan Moussa Sissoko milite aujourd’hui au sein de la section III ADEMA du District de Bamako.

Iba n’entendrait pas s’arrêter là, il veut que le technocrate doublé de politique qu’est Makan Moussa soit un membre du C.E. Pour rappelle, il faut retenir que Makan Moussa Sissoko est un juriste constitionnaliste et ancien ministre de la Fonction publique et de l’Emploi.

Le maire de la Commune III, M. Abdel Kader Sidibé serait également l’un des partisans d’Iba N’Diaye au sein de la section III ADEMA. Il est le secrétaire chargé des relations avec les élus au sein du Comité Exécutif de l’ADEMA. Kader affectueusement appelé est l’une des personnalités influentes de la commune III, c’est d’ailleurs à ce titre qui fut élu successivement deux fois maire.

L’actuel maire du District de Bamako, M. Adama Sangaré a regagné l’ADEMA après les élections communales de mai 2004. Il était le secrétaire aux relations extérieures des Maliens de l’extérieurs et de l’intégration africaine de la direction nationale de la Convention Nationale pour la Démocratie (CND). Lorsque la CND décida de se fondre dans l’URD, Adama Sangaré a rallié l’ADEMA.

Il était déjà conseiller municipaux de la commune III. C’est à ce titre qu’il fut envoyé à la mairie du district comme étant l’un des représentants de la commune III au nom de l’ADEMA. Après le décès de Moussa Badoulaye Traoré, Adama Sangaré fut élu maire du district avec la bénéfiction de Kader.

La spécificité de la section III

La section III ADEMA du district de Bamako est la seule des 55 sections du parti à avoir le plus grand nombre de ses membres au CE. Mais il faut préciser que tous ces membres ne sont arrivés au CE de la même manière.

Si certains ont été désignés parmi le quota réservé à la section III, d’autres par contre sont au CE au nom de la jeunesse, c’est le cas de Fakoroba Coulibaly, ou par l’entremise d’une commission (Binta Yattassaye).

Du dernier congrès de l’ADEMA à aujourd’hui, la situation a changé surtout au sein de la section III. De gros-calibres comme le maire du district Adama Sangaré, Makan Moussa Sissoko et autres ont adhéré au PASJ.

Ceux-ci qui ne sont pas pour l’instant membres du CE sont au bas de l’échelle. Ils ont besoin de monter en grade, soit d’être rassurés. Tout compte fait, c’est le congrès qui décidera s’il faut laisser tomber certains et prendre d’autres ou élargir le quota reservé à la section III du district de Bamako du fait de sa spécificité.


Daba Balla KEITA

27 Mai 2008