Partager

En si peu de temps, le maire ADEMA du District de Bamako, M. Adama Sangaré, un transfuge de la CND s’est hissé sur une courbe ascendante. Depuis son élection comme maire du District en remplacement de feu Moussa Badoulaye Traoré, les actes qu’il a eu à poser ont été salutaires dans l’amélioration du cadre de vie des populations de la capitale malienne. Malgré ces acquis, d’énormes défis se posent avec acuité à Bamako et qui méritent qu’on y apporte des solutions.

Ça, c’est sur le plan professionnel. Sur le côté social, les actions de bienfaisance du successeur de feu Moussa Badoulaye Traoré à la tête du conseil municipal du District de Bamako sont les plus nombreuses.

Selon nos sources dignes de foi, le Comité Exécutif de l’ADEMA se dit fier du travail remarquable abattu par le duo Adama Sangaré-Abdel Kader Sidibé. Pour ce qui est de notre part, en tant qu’observateur, il est de notre devoir de dire les choses telles qu’elles sont sans pour autant renoncer à notre esprit critique.

Dans la continuité des actions de Moussa Badoulaye

Feu Moussa Badoulaye Traoré était l’un des 27 conseillers du District de Bamako issus des élections communales de mai 2004. Il faut rappeler que les conseillers du District sont les représentants de chacune des six communes de la capitale du Mali. Le nombre de personnes représentant chacune des communes varie en fonction du poids de la population de ladite commune.

Feu Moussa Badoulaye était l’un des conseillers ADEMA élu en Commune II du District de Bamako. Selon la chargée à la communication du District, Mme Altinè Traoré, Moussa Badoulaye Traoré est décédé le 6 juin 2007 des suites d’une longue maladie.

Les textes qui régissent le fonctionnement du District stipulent qu’en cas de vacance de poste suite à la disparition du maire, un nouveau scrutin a lieu le 30ème jour du décès pour l’élection de son remplaçant.

C’est ce qui fut appliqué. Le 6 juillet 2007, toujours selon Altinè, Adama Sangaré est élu maire du District de Bamako en remplacement du défunt Moussa Badoulaye Traoré. Il faut ajouter que Adama Sangaré est également issu du même parti (c’est-à-dire l’ADEMA) que son prédécesseur.

Avant sa disparition le 6 juin 2007, Moussa Badoulaye Traoré avait réussi à lancer plusieurs projets de rénovation et d’embellissement de la capitale malienne. Mais il a d’abord commencé par les ressources humaines par le recrutement d’une cinquantaine d’agents au sein d’une Brigade d’Assainissement de Bamako (B.A.BA) qui fut plus tard transformée en Brigade Urbaine pour la Protection de l’Environnement (BUPE).

Les actions donc de Adama Sangaré se situent dans la continuité de celles initiées par son prédécesseur. Mais il faut souligner que Adama Sangaré a entrepris des innovations pour imprimer sa marque dans la conduite des affaires du District.

Jeune mais pas Néophyte en politique

Le maire du District de Bamako, M. Adama Sangaré, bien qu’étant un transfuge de la CND parti à l’ADEMA-PASJ n’est pas un étranger à l’ADEMA. En effet, nos sources nous révèlent qu’il fut dans les années 1990 l’un des membres de l’ADEMA association. Ce qui veut dire qu’il a depuis longtemps partagé les idéaux de l’ADEMA parti avec d’autres.

Avant qu’il ne soit désigné comme conseiller du District au nom de la Commune III, Adama Sangaré était d’abord l’un des 37 conseillers communaux de la Commune III. Il fut élu avec deux de ses camarades comme conseillers à la mairie de la Commune III.

Lorsqu’il s’est agi d’élire le maire de la Commune III après les élections communales de 2004, les trois élus CND ont soutenu le candidat de l’ADEMA en la personne de Abdel Kader Sidibé.

Le conseil communal de la Commune III du District de Bamako est composé de 37 membres dont : 9 de l’ADEMA, 7 pour l’Indépendant AFP, 6 pour le RPM, 6 pour le CNID, 3 pour le Mouvement Citoyen, 3 pour le PARENA et 3 pour la CND.

De la politique au social

Le maire du District de Bamako, M. Adama Sangaré, domicilié au Badialan I, l’un des quartiers de la Commune III est un homme social, accueillant et ouvert selon certains témoignages. Au siège de l’ADEMA, on affirme qu’il est toujours à jour dans le paiement de ses cotisations vis-à-vis du parti.

Au-delà des cotisations, il est prêt à mettre la main à la poche quand il s’agit du financement des activités du parti, sa générosité est très débordante”, nous a confié un travailleur du siège de l’ADEMA. Son domicile du Badialan I est toujours pris d’assaut par les visiteurs qui viennent se confier à lui tôt le matin.

Nos sources nous informent que le maire Adama Sangaré a fait don de plusieurs tricycles aux handicapés. Ses activités sociales dépassent le seul cadre du District ou de la section III. Les groupements de jeunes, de femmes qui le sollicitent pour une quelconque activité reçoivent toujours son apport.


La libéralisation du domaine public et l’assainissement: Deux Maillons faibles

Dans le cadre de l’embellissement de la capitale malienne, plusieurs actions ont été entreprises par Moussa Badoulaye Traoré puis poursuivies par Adama Sangaré. Bamako regorge de nos jours d’énormes espaces verts, de loisirs et d’aires de jeux.

A côté de cet embellissement, le maire Adama Sangaré, en accord avec l’ensemble du conseil du District, a décidé de construire deux routes bitumées dans chacune des six communes, soit douze voies au total d’ici mai 2009 qui coincide avec la fin du mandat des conseillers du District. Ces actions sont salutaires en soit.

Mais, il faut le dire tout de suite l’occupation du domaine public et l’assainissement de la capitale restent les goulots d’étranglement pour les autorités du District.

Bamako est aujourd’hui sale en quelques endroits, des efforts méritent d’être poursuivis dans l’assainissement de la ville.

Cette tâche incombe aux maires qu’ils soient des six communes ou celui du District. Le domaine public se trouve être aujourd’hui pris en otage par une catégorie de citoyens. Ce qui rend la circulation très difficile. Les actions entreprises ces derniers temps par le Gouverneur de Bamako, M. Ibrahima Féfé Koné et le maire Adama Sangaré dans le sens de la libération du domaine public tardent à porter fruit.

Le défi politique majeur

Depuis la mise en oeuvre effective de la décentralisation au Mali dans les années 1996, le District de Bamako a connu trois maires tous issus de l’ADEMA. Ce sont Ibrahima N’Diaye dit Iba, feu Moussa Badoulaye Traoré et Adama Sangaré. A part Adama Sangré, les deux autres étaient tous membres du CE ADEMA.

Quand Iba D’Niaye fut élu maire du District, il était le secrétaire général de l’ADEMA ; tandis que Moussa Badoulaye Traoré était le secrétaire adjoint aux sports et aux loisirs du CE ADEMA.

Adama Sangaré va-t-il échouer là où ses prédécesseurs ont réussi? En tout cas, le principal défi politique majeur qui se pose à lui aujourd’hui est d’être membre du CE ADEMA à l’instar de feu Moussa Badoulaye Traoré et de Iba qui furent tous maires ADEMA du District avant lui.

Daba Balla KEITA

30 Mai 2008