Partager

En ce 21ème siècle, l’électricité et l’eau potable constituent des ressources stratégiques pour le développement de tout pays. Actuellement, le taux d’accès des populations maliennes en eau et en électricité est l’un des plus bas de la sous-région. En juin 2009, le nombre de maliens qui ont accès à l’électricité représentent les 25,41% de la population contre un peu plus de 40% en eau potable. Ces statistiques varient d’une ville à une autre voire d’un village à un autre.

Pour améliorer ces taux, d’énormes efforts ont été consentis, mais il reste encore beaucoup à faire pour relever les défis.

A court terme, il s’agit de poursuivre et de finaliser les réformes importantes du secteur notamment un montage institutionnel performant et l’atteinte d’une viabilité financière d’EDM-SA. Les décideurs doivent donner une priorité à ceci pour la poursuite d’un financement soutenu au secteur pouvant lui permettre de répondre efficacement à la demande de services énergétiques.

A moyen et long termes, il s’agira d’accélérer la réalisation des solutions d’interconnexion électrique avec les pays voisins pour bénéficier d’une production moins chère et étendre davantage l’accès aux services énergétiques au niveau des populations tant en milieu rural qu’en milieu urbain. Mais le défi le plus urgent est la mise en œuvre rapide des accords qui ont été signés le 26 juin 2009 et l’exécution correcte du PASE pour le plus grand bonheur des bénéficiaires.

De l’accès à l’électricité

Sans électricité, pas de développement car, c’est à partir des sources d’énergétiques que l’industrialisation se fait. Partant de cela, le gouvernement du Mali a adopté en 2006 un document de Politique 2nergétique qui fixe des objectifs et des axes stratégiques clairs pour le développement du secteur énergétique. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette politique, ministre de l’Energie et de l’eau, Mamadou Igor Diarra, lors d’une séance de questions orales à l’Assemblée nationale le 2 juillet dernier a développé un certain nombre d’actions fortes qui ont été menées ou qui seront menées par son département.

Il s’agit de : l’établissement des instruments de planification tels que le Plan directeur d’éclairage public des villes du Mali, le plan directeur d’électrification rurale et le plan directeur d’investissements optimaux, la réalisation des projets de renforcement de l’offre d’énergie électrique, et la réalisation des projets de renforcement et d’extension des réseaux de transport et de distribution d’EDM-SA.

Ces projets visent à améliorer de manière rapide et durable le niveau d’accès à l’électricité des populations et des activités socio-économiques du pays, qui se présente actuellement comme suit en fin 2008/ début 2009.

• A l’échelle nationale, le taux accès à l’électricité est de : 25,41%, contre 58,19% en milieu urbain et 11,23% en milieu rural. A Bamako, ce taux est de 97%.

Le taux de dessertes en électricité des six Communes de Bamako

Il existe près d’une dizaine d’indicateurs pour suivre l’évolution de l’électrification dans une zone ou un pays. Le dénominateur et la définition des indicateurs varient d’un pays à l’autre et d’une institution à l’autre.

Le “taux de desserte” et le “taux d’accès” à l’électricité désignent généralement à toute fin pratique le même indicateur qui peut se définir comme : “Le rapport entre le nombre de personnes bénéficiant effectivement de l’électricité à travers des abonnements dans une zone donnée et la population totale vivant dans cette zone”.

Le nombre de personnes bénéficiant de l’électricité est calculé en multipliant le nombre total d’abonnés en électricité par un nombre moyen de personne par abonnement, qui est estimé à 10,77 sur la base d’enquêtes menées dans le périmètre d’EDM-SA.

Concernant le District de Bamako, les six communes qui le composent n’ont pas le même taux d’accès pour la simple raison qu’elles se sont développées différemment.

Suivant le schéma de développement urbain du District de Bamako, les taux d’accès ou de desserte sont évalués sur les bases suivantes :

• Les chiffres de populations 1998 de la Direction nationale de la statistique et de l’informatique (DNSI) sont actualisés en 2008 et 2009 au taux d’accroissement moyen de 4% l’an ;

• Les nombres d’abonnés électricités retenus dans les calculs sont ceux d’avril 2009.

Les taux d’accès ainsi calculés sont présentés ci-après pour les différentes communes du District de Bamako :

Commune 1 : il y’a 10 quartiers, actuellement tous électrifiés. La population en 2009 est estimée à 200 318 habitants (contre 195 081 habitants en 1998). Le nombre d’abonnés électricité est de 19 629, répartis entre les agences de Djélibougou et de Quinzambougou. Taux d’accès à l’électricité en Commune 1 est : 76%. “Ce taux relativement faible est imputable aux extensions de nouveaux quartiers périphériques ayant créé des besoins d’extension de réseau (Doumazana, Nafadji, Banconi, Sokoroni, Bougouba, etc), a déclaré le ministre Diarra le 2 juillet 2009 à l’Assemblée Nationale ».

Commune 2 : nombre de quartiers : 11 quartiers, actuellement tous électrifiés, la population en 2009 : 194 515 habitants (contre 126 353 en 1998). Le nombre d’abonnés électricité se chiffre à 17 865 abonnés, répartis entre les agences de Quinzambougou et du Quartier du Fleuve. Taux d’accès à l’électricité en Commune 2 est de plus de 100%. “Ce taux prend en compte l’équipement du commerce de Bozola et Médina-Coura qui fait augmenter le nombre d’abonnés hors domestiques”, a dit Mamadou Igor Diarra.

Commune 3 : Nombre de quartiers : 20 quartiers, actuellement tous électrifiés. Population en 2009 : 153 565 habitants (contre 99 753 en 1998). Nombre d’abonnés électricité : 13 498 abonnés. Le taux d’accès à l’électricité en Commune 3 est également estimé à plus de 100%/ “Ce taux prend en compte le centre commercial qui fait augmenter le nombre d’abonné hors domestiques”, a ajouté le ministre Diarra.

Commune 4 : Nombre de quartiers : 9 quartiers, actuellement tous électrifiés. Population en 2009 : 286 646 habitants (contre 186 200 habitants en 1998). Nombre d’abonnés électricité : 21 943 abonnés, répartis entre les agences de Lafiabogou, du Quartier du Fleuve et des annexes de Hamdallaye et ACI 2000 et partageant l’Agence de Lafiabougou avec Samaya de Kati. Taux d’accès à l’électricité en Commune 4 avoisine les 95%.

Commune 5 : Nombre de quartiers : 11 quartiers, actuellement tous électrifiés. Population en 2009 : 307 854 habitants (contre 187 567 habitants en 1998à ; Nombre d’abonnés électricité : 28 580 abonnés, gérés par l’Agence de Badalabougou. Taux d’accès à l’électricité en Commune 5 de 100%.

Commune 6 : Nombre de quartiers : 11 quartiers, actuellement tous électrifiés. Population en 2009 : 340 746 habitants (contre 221 342 habitants en 1998). Nombre d’abonnés électricité : 19 296 abonnés, gérés par Agence de Faladié. Taux d’accès à l’électricité en Commune 6 est de 51%.

“Ce très faible taux est grandement imputable aux extensions de nouveaux quartiers périphériques ou nouvellement lotis ayant créé des besoins importants d’extension de réseau (Yirimadio, ZRNY, Niamakoro etc)”, a martelé Mamadou Igor Diarra.

Daba Balla KEITA

09 Juillet 2009.