Partager

Dans notre société, les rapports de bon voisinage sont capitaux. Il devient aussi nécessaire de prendre quelques précautions pour ne pas indisposer ses voisins qui se gêneront de nous en faire des reproches.

La société malienne accorde une grande attention aux rapports de bon voisinage. Ceci pourrait trouver sa marque dans certaines us et coutumes de notre société. Le rôle joué par le voisinage était très important dans les évènements sociaux. Auparavant quand un homme voulait prendre une femme pour épouse, le prétendant s’adressait aux voisins de sa promise pour mener son enquête de moralité sur sa future belle famille.

Les voisins se faisaient une obligation morale de ne lui conter que ce qu’ils savent exactement des comportements de ladite famille. La présence des voisins se faisait également remarquer lors des cérémonies de funérailles. La famille endeuillée était dispensée des tracasseries comme faire la cuisine, trouver des sièges ou encore s’occuper des visiteurs.

Lors des cérémonies de baptême et de mariage, les voisins s’activaient massivement, chose qui enorgueillissait la personne concernée auprès de ses proches venus d’ailleurs pour les festivités. De nos jours, cette habitude tend à se perdre. Pourtant, l’obligation demeure d’être un bon voisin au risque de se faire indexé par son entourage.

Le rapport de voisinage semble se résumer aujourd’hui à un processus de gêne. Il incombe maintenant aux personnes de rendre lesdits services au voisin, même si ceci vous met dans une situation inconfortable. Beaucoup de personnes, par crainte de passer pour le méchant du quartier, mettent leur foyer à la disposition des inconnus.

Il devient pour bon nombre une obligation de faire sortir sa télévision et la laisser à la manipulation de qui veut pour paraître gentil. Aussi, des gens se retrouvent avec leur appareil endommagé ou volé dans leur quête de plaire aux voisins.

Car, dans l’optique de plaire aux autres, certaines familles se sentent obligées de ne point contrôler les individus qui ont accès à leur maison. Au nom du bon voisinage, certaines personnes font monter la facture d’électricité du voisin.

En effet, il est mal vu que l’on refuse quelques seaux d’eau à son voisin tout, comme lui refuser de brancher son câble chez vous afin d’avoir de l’électricité. Ce sont là des services de quelques jours qui s’éternisent très souvent et qui coûtent chers pour la bourse du bon voisin qui n’est pas forcement un nanti.

Pendant cette période de vacances, les enfants s’adonnent au phénomène des «balani show» qui perturbent le quotidien des citoyens. La musique est jouée pendant des heures et elle continue pour une grande partie de la nuit.

La route est barrée aux conducteurs qui se trouvent obligés de faire des détours. Même s’il n’est pas mauvais en soi de voir les enfants se réjouir après une période de labeur, il serait bien de penser aux vieilles personnes et aux malades qui ont besoin de repos. Le voisinage est contraint de supporter les tapages des uns et autres afin de ne pas passer pour un grognon en disant à son voisin de baisser le volume de son poste.

Malgré les conseils d’assainissement donnés aux uns et aux autres, beaucoup de personnes continuent à verser les eaux usées des ménages et toilettes sur les passages, sans prendre en compte le désagrément pour les voisins.

Si le rapport de voisinage demande de l’entraide et de la solidarité, de nos jours, nous assistons plus à une indisposition notoire des voisins. Tel n’était pas le cas avec nos grands parents qui nous ont appris l’importance du voisinage.

Khadydiatou Sanogo

Le Républicain du 12 Juillet 2010.