Partager

Vers le second tour des élections législatives dans le district de Bamako Karim Kéita en C. II et Adama Sangaré en C. III ratissent large

A peine les résultats provisoires du 1er tour des législatives proclamés, les candidats qualifiés pour le second tour écument les états-majors politiques susceptibles de les soutenir dans l’ultime round de la compétition électorale donnant accès à l’Hémicycle. Si en commune II, le fils du président de la République, Karim Kéita vient de bénéficier d’importants ralliements, en commune III, le maire du district Adama Sangaré vient d’avoir aussi le soutien de quelques pôles politiques. La situation est encore indécise dans les autres communes du district.

En attendant l’arrêt de la cour constitutionnelle annoncé pour les prochaines heures, les états-majors politiques grouillent de conciliabules, de négociations voire de marchandages pour placer le plus grand nombre possible de députés à Bagadadji. En dehors des 11 circonscriptions électorales (Kidal, Abéibara, Tessalit, Tin Essako, Bourem, Djenné, Niafunké, Ménaka, Bandiagara, Dioïla, Baraouéli) qui ne connaîtront pas de second tour pour ces législatives, les 44 autres circonscriptions sont déjà dans la fièvre du second tour.

Le district de Bamako promet des joutes électorales avec beaucoup de suspens malgré les ralliements qui pointent à l’horizon. C’est la commune II et la commune III qui semblent ravir la vedette de ces négociations serrées.

En commune II du district de Bamako, sauf cataclysme de dernière minute, c’est en principe la liste RPM-CODEM portée par Mamadou Doumbia, Hady Niangadou et Karim Kéita qui sera face à la liste ADEMA-URD-MPR au second tour le 15 décembre prochain. Cette dernière liste est portée par Mamadou Fofana dit Mandiou, Lassana Koné et Mamadou Lamine Haïdara dit Mao. Au premier tour, la coalition RPM-CODEM, drivée par le député sortant Hadi Niangadou et le fils du chef de l’Etat, Karim Kéita a récolté 44,17% des voix. La liste ADEMA-URD-MPR s’en est sortie avec 27,37.

Selon des sources concordantes, les partis alliés du candidat IBK lors de la présidentielle sont déjà acquis à la cause du rejeton du locataire de Koulouba. Ainsi, les formations politiques comme l’ASMA, YELEMA, JAMAA, CNID-FYT, RpDM ont déjà affirmé leur soutien aux candidats Karim Kéita, Hadi Niangadou et Mamadou Doumbia. » Il n’est pas exclut que dans les prochains jours, une plateforme soit signée pour appeler à voter pour cette liste au second tour « , a confié un responsable politique de la commune.

On signale qu’avant même la proclamation des résultats provisoires par le ministre de l’Administration territoriale, le Secrétaire général de l’ASMA-CFP, Baba Cissé avait conduit une forte délégation de son parti pour rassurer Karim Kéita et ses colistiers du soutien du parti du ministre Soumeylou Boubèye Maïga à l’alliance RPM-CODEM.

En outre, en commune III du district de Bamako, même si le ciel n’est pas encore dégagé autour de la candidature du maire du district Adama Sangaré, il semble que le porte-drapeau de l’ADEMA a tous les atouts de son côté pour l’emporter au second tour. Faut-il rappeler qu’à l’issue du 1er tour, le candidat secrétaire général de la section de la commune III du parti de l’abeille a eu 21,34% des voix devant le candidat du RPM, Kalilou Ouattara, 15,48% des voix.

On annonce que l’édile municipal pourra bénéficier du report de voix de l’URD, de SYNOUMA de la députée sortante Mme Touré Safiatou Traoré, de la CODEM, de l’UNPR, du RpDM. Au niveau des quatre autres communes, les jeux d’alliances ne sont pas encore clairs mais il faut signaler que le second tour donnera des face-à-face suivants : duels RPM contre CODEM-CNID en commune I ; RPM contre ADEMA-YELEMA en commune IV ; RPM face à ADEMA-CNID-RJP en commune V et RPM-UDD face à l’alliance ADEMA-URD-MPR en commune VI.

Bruno D SEGBEDJI

L’Indépendant du 0 2 Décembre 2013.