Partager

Les observateurs aussi bien nationaux qu’internationaux ont évalué «positivement» le scrutin présidentiel du 11 Août qui a opposé Ibrahim Boubacar Keïta à Soumaïla Cissé. Le pays est dans l’attente des résultats officiels mais d’ores et déjà le candidat Cissé a félicité son adversaire pour sa victoire.

jpg_une-2006.jpgA l’image du premier tour, les maliens ont participé de manière significative au second tour de l’élection présidentielle le 11 août 2013 «au cours duquel les opérations de vote ont été bien menées», constate la Mission d’Observation électorale de l’Union européenne (MOE UE) qui avait sur le terrain quelque 110 observateurs. La MOE UE évalue «positivement (…) les opérations de vote à hauteur de 99% des 831 bureaux de vote (BV) observés» et encourage les autorités à publier les résultats provisoires «sur Internet bureau de vote par bureau de vote» afin de permettre une «traçabilité des voix».

«Le taux de participation peut être estimé à environ 45 %», prédit le Réseau ONG d’appui au processus électoral au Mali (Apem). Cette ONG qui supervise les élections depuis 1997 avait déployé 2100 observateurs nationaux sur le terrain dans le cadre d’un Pôle d’observation citoyenne et électorale (Poce). Ses observateurs qui ont couvert 1728 bureaux de vote, y compris à Kidal où les répercussions de la guerre ont font de cette région une zone particulière, ont «noté avec satisfaction un taux approximatif de participation de 58 % des femmes parmi les votants».

Cette élection présidentielle est une étape cruciale pour le rétablissement de la paix et la démocratie au Mali. «C’est une avancée démocratique considérable. Je pense qu’avoir été capable d’organiser en si peu de temps des élections dans un climat difficile, dans un contexte délicat et d’incertitudes pour une population qui avait été traumatisée par un coup d’état, signifie que les citoyens se sont bien rendus compte qu’ils avaient frôlé le pire» a indiqué Louis Michel, chef de la MOE UE, qui a «félicité» le peuple malien pour s’être «réapproprié [son] destin démocratique».

Seydou Coulibaly

© AFRIBONE – Le 13 Août 2013