Partager

A quelque 72 heures du second tour de la présidentielle tunisienne qui opposera, sauf changement de dernière minute, ce dimanche 13 octobre 2019, le candidat indépendant et conservateur Kaïs Saïed à l’homme d’affaires Nabil Karoui, la Justice a décidé d’élargir le second cité qui était en détention préventive depuis le 23 août dernier pour des soupçons de fraude fiscale et de blanchiment d’argent, dans une affaire judiciaire qui date de 2017. Mais au-delà de la question de savoir si l’agenda électoral sera maintenu ou s’il connaîtra une modification, l’une des conséquences directes de cette libération à la veille du scrutin, est que c’est en homme libre que le magnat des médias se présentera aux urnes ce dimanche, pour le round de vérité avec son challenger. Mieux, cet élargissement du candidat du parti Qalb Tounès arrivé en deuxième position aux législatives de la semaine dernière, permet de rétablir l’égalité de chances entre les candidats. Pour autant, cela modifiera-t-il fondamentalement la donne de ces élections ou faut-il se convaincre que les jeux sont déjà faits ? Bien malin qui pourrait répondre à cette question.LePays