Partager

Dans le cadre du second tour de l’élection présidentielle au Mali, le parti SADI a jeté son dévolu sur le candidat du RPM, Ibrahim Boubacar Keita. Les cadres du parti l’ont fait savoir lors d’une conférence de presse le lundi 5 août 2013, dans la salle conférence de la radio Kayira.

Dans son discours liminaire, le candidat du SADI, le Dr Oumar Mariko a expliqué à la presse les conditions difficiles de sa campagne et dénoncé la fraude qui s’est institutionnalisée dans notre pays. « Nous avons fait une campagne extrêmement difficile, avec seulement, environ, une vingtaine de millions de FCFA.

Les maliens nous ont répondu. Mais hélas la fraude a eu droit de citer encore une fois de plus. Ceux qui crient aux voleurs ne sont-ils pas eux même des voleurs ? Aucun militant ou sympathisant du parti SADI n’a été arrêté ou soupçonner d’avoir fraudé. On nous a proposé d’aller à la cour constitutionnelle pour porter des plaintes pour l’annulation du scrutin. Nous ne le ferons pas, parce que la cour constitutionnelle a montré ses limites. Nous avons gagné parce que les maliens ont compris qu’il ne faut pas continuer à prendre de l’argent pour voter.

Les maliens ont compris, qu’aucun pays ne viendra construire notre pays à notre place », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter que c’est après consultations avec la base que le SADI a décidé de soutenir la candidature d’Ibrahim Boubacar Keita dit IBK. « Depuis la proclamation des résultats, nous sommes rentrés en contact avec toutes nos structures. Nous avons écouté tout le monde.

Et il ressort de l’analyse que nous menons un combat pour le changement. Le bout du changement est sorti et nous devons tirer sur ce bout de changement. Ce bout de changement à pour nom aujourd’hui Ibrahim Boubacar Keita. Le candidat IBK doit mesurer l’ampleur de cette victoire. Qu’il mesure la portée historique de cette lutte. Qu’il comprenne que ce combat c’est pour le changement. Le changement pour nous c’est l’intégrité territoriale de notre pays.

C’est aussi le refus du statut quo, c’est-à-dire un Mali qui tourne pour une minorité des gens repus et pourris… saura-t-il l’incarné ? En tout cas, c’est notre demande. Et la volonté du peuple, aujourd’hui, affirme que c’est évidemment lui qui pourra le faire. Nous lui souhaitons bonne chance. Nous nous battrons pour sa réussite. Nous nous battrons pour cette réussite », a-t-il ajouté. Selon le Dr Omar Mariko, cette alliance du SADI avec IBK est un combat contre le FDR. « Nous ne sommes pas des béni-oui-oui.

Nous pensons simplement que si notre courant n’existait pas, il n’y aurait pas de Mali. Heureusement que nous sommes là pour être un rempart contre les forces prédatrices. Nous avons eu à faire au FDR. Nous pensons tout simplement que c’est un combat anti FDR. Et méfions-nous de la réconciliation tous azimuts. Il n’y a pas de conflit entre les maliens. Cela n’est pas vrai. Il y a un combat entre l’Etat malien et le peuple malien. Pendant longtemps le peuple a été bâillonné par l’Etat », a-t-il conclu.

Madiassa Kaba Diakité

06 Août 2013