Partager


Dans le cadre de la lutte, sans merci, que mène le Département du Général Sadio Gassama contre l’insécurité sur toute l’étendue du territoire national, Les hommes du contrôleur Général de la police, Cheick Ahmed Camara, ont, dans la nuit du 1er au 2 novembre, saisi une importante quantité d’armes de guerre des trafiquants.

C’était entre quatre et cinq heures du matin qu’une patrouille du 9e arrondissement, avec à sa tête l’inspecteur Mamadou Nomoko, a croisé deux individus roulant sur une CG Honda Spark.

Ils transportaient un colis, ce qui a d’autant plus attiré l’attention des policiers. Ceux-ci tentèrent de les interpeller, mais loin d’obtempérer, les deux malfrats foncèrent plutôt dans le quartier de Sibiribougou, sur le flanc de la colline. Ils furent immédiatement pris en chasse par la patrouille.

Après une chaude poursuite, arrivés au niveau de l’usine céramique de Djikoroni en allant vers le fleuve, ils furent obligés d’abandonner la moto et le colis pour faufiler à pied entre les maisons avant de disparaître dans le quartier.

Malgré le ratissage organisé sur le champ, les deux individus n’ont pas pu être retrouvés. Les policiers ont donc ramené le colis et la moto au poste de police. Après examen du colis, l’inspecteur Nomoko a découvert avec stupéfaction qu’il s’agissait des armes de guerre.

En effet, dans il y avait huit PM chinois, alors que la moto était immatriculée en Guinée. Ce qui fait croire à la police que les armes en question viennent de la Guinée.

Le Contrôleur général de police Cheick Ahmed Camara, a déclaré que «cette saisie d’armes de guerre n’a été possible qu’avec des patrouilles efficaces et aussi grâce aux moyens mis à notre disposition. Nous pensons que c’est une lutte qui va continuer».

L’inspecteur Nomoko, soutient que «la position géostratégique du Mali et la porosité de nos frontières exige des populations une franche collaboration pour démanteler les réseaux de malfrats».

Pierre Fo’o MEDJO

13 novembre 2007.