Partager

Depuis sa victoire à la présidentielle, c’est un peu la médaille et son revers pour les voisins de quartier du président de la République Ibrahim Boubacar Kéita, qui attendent cependant beaucoup de leur « parent ».

jpg_une-2144.jpgInstallé dans ses fonctions le 4 septembre 2013, le président de la République habitera pendant au moins 9 mois son domicile à Sébénicoro en Commune IV du district de Bamako, le temps estimé pour restaurer le palais présidentiel de Koulouba, endommagé lors des événements du 22 mars 2012.

Ce choix du chef de l’Etat de siéger à Sébénicoro entraîne déjà des modifications dans la circulation routière, notamment sur la route nationale (RN5) où chaque aller et retour du cortège présidentiel occasionne quelques désagréments à des usagers. En revanche, le quartier de Sébénicoro, autrefois un nid criminogène, devient un quartier de haute sécurité au grand bonheur de ses résidents qui peuvent désormais dormir du sommeil du juste.

C’est dans la liesse que les populations riveraines du domicile d’IBK étaient sorties le 4 septembre dernier pour l’accompagner jusqu’au palais de Koulouba sous une pluie bénite. Mais à leur surprise, le locataire du palais a décidé de siéger chez lui à Sébénicoro en attendant la rénovation de la résidence des chefs d’Etat du Mali, saccagée il y a 18 mois au cours du putsch qui a évincé le président Amadou Toumani Touré.

Malgré les restrictions, il semble que beaucoup d’usagers de la circulation guettent le passage du président élu, en particulier sur l’axe Sébénicoro-centre ville. Plusieurs témoins indiquent que chaque matin, une foule de curieux jalonnent le passage du cortège présidentiel, juste pour saluer l’homme fort de Bamako.

Un vrai pouls du pays

Les attentes des voisins du président, à l’instar des autres Maliens, sont grandes et variées. Guédiouma Ouattara est un enseignant : « Comme beaucoup de Maliens, j’attends du président un vrai changement. Le Malien a besoin d’être rééduqué. Il a besoin du civisme. Le président ne pourra rien changer si le Malien ne change pas et n’accepte pas le changement. Il a été rigoureux dans son discours. Mais, comme on le dit, la parole ne vaut rien si elle n’est pas accompagnée d’actes« .

Pour plusieurs interlocuteurs, la présence du président à Sébénicoro honore le quartier. « Nous voulons de lui un changement radical dans le système éducatif malien. Depuis deux décennies déjà, nos enfants, qui nous sont chers, ont un niveau de connaissance qui laisse à désirer sinon lamentable« , vitupère Mariam Traoré.

Le renforcement du secteur privé au Mali, la lutte contre la corruption et l’impunité dans nos administrations publiques et privées demeurent aussi des préoccupations des habitants de Sébénicoro. « Le renforcement de la justice, la revalorisation de l’enseignement primaire, secondaire et universitaire sont mes attentes« , précise Mahamadou Diallo.

« Que le président pense non seulement au quartier mais au Mali tout entier !« , conclu Traoré Lassine, un réparateur de moto.

Abou Kamara

(stagiaire)

Les Echos du 11 Septembre 2013