Partager

Le vendredi dernier, lors de sa première séance plénière de la session d’octobre 2012, l’Assemblée nationale a adopté, avec 116 voix pour, la Résolution N° 12-06 sur la double crise qui frappe notre pays. Cette résolution met l’accent sur l’indivisibilité du territoire du Mali, le caractère laïc de la République et la souveraineté nationale.

Les institutions et l’armée malienne se sont enfin mis d’accord pour le déploiement d’une force militaire internationale au Mali pour une gestion définitive de la crise. Dans cette résolution, les députes réaffirment leur attachement à l’intégrité et l’indivisibilité du territoire malien, au caractère laïc de la République et surtout, à la souveraineté nationale appartenant au peuple et à lui seul. Aussi, le Parlement a condamné les violations des droits de l’homme et du droit humanitaire international commises au Nord du pays par les terroristes et les groupes islamistes. Il s’agit des violences faites aux civils, aux femmes et aux enfants: assassinats, amputations de membres, lapidations, viols, vols, pillages, destructions de monuments culturels et religieux, etc. Par ailleurs, l’Assemblée nationale a salué l’initiative du Président Dioncounda Traoré d’avoir sollicité, en accord avec le gouvernement et les forces armées maliennes, l’appui de la Cedeao et de la communauté internationale pour la récupération du Nord du pays, tout en félicitant le Premier ministre pour son intervention devant l’Assemblée générale des Nations Unies.

La représentation nationale a adressé ses félicitations à la Cedeao et à l’Union africaine pour leur soutien au peuple malien dans son combat contre le terrorisme. Elle a également encouragé l’Union européenne et l’Onu pour leur engagement à aider le Mali à se débarrasser de ces groupes terroristes. Elle a aussi salué, l’engagement, la détermination et la volonté politique clairement exprimée par les autorités françaises d’appuyer les efforts des autorités maliennes dans la récupération du Nord et de soutenir ses efforts pour résoudre la crise institutionnelle et sécuritaire.

Dans cette résolution, l’Assemblée nationale lance un appel aux pays du champ (Algérie, Burkina Faso, Mauritanie et Niger) à s’investir pour la sécurité et la quiétude dans la bande sahélo-saharienne et à la communauté internationale à reprendre, dans les meilleurs délais, la coopération avec notre pays à travers l’appui technique et financier. Mieux, le Parlement a salué et encouragé les différentes initiatives prises par les pays composant le Groupe d’appui et de suivi de la situation au Mali pour appuyer les forces armées maliennes dans la récupération des régions du Nord-Mali, tout en se félicitant de la Résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies pour l’envoi d’une force militaire internationale d’appui aux forces armées nationales pour reconquérir les régions occupées du Nord du pays.

Selon l’Assemblée nationale, les forces armées maliennes ont pris la bonne décision pour sa disponibilité à accueillir la force armée qui sera déployée par la communauté internationale pour l’appuyer dans sa mission de recouvrement de l’intégrité du territoire national.

Enfin, la représentation nationale a exhorté la classe politique et les forces vives de la nation à se mobiliser pour soutenir les forces armées et les autorités de transition, et à accompagner les efforts de la communauté internationale en vue de la réalisation des objectifs essentiels de la transition: entre autres, la libération des régions occupées du Nord et l’organisation d’élections libres, crédibles et apaisées dans les meilleurs délais.

Le président de l’Assemblée nationale remettra dans un court délai cette résolution au Premier ministre, conformément aux dispositions du Règlement intérieur du parlement.

Nouhoum DICKO

Le Prétoire du 22 Octobre 2012