Partager

Les nouveaux députés s’apprêtent à entrer à l’Assemblée nationale. En prélude à la séance inaugurale de 5ème législature, nous avons rencontré le Secrétaire général de l’Assemblée nationale, Dr Madou Diallo. Dans cette interview, il nous parle des dispositions prises pour l’accueil des députés et du déroulement de cette séance inaugurale.
Comment préparez-vous l’arrivée des nouveaux députés à l’Assemblée nationale?

L’accueil des députés a été très bien préparé, parce que cela fait déjà 2 mois que nous avons mis en place une commission administrative d’accueil. Cette commission a bénéficié de la formation d’experts français, dans le cadre de la coopération entre l’Assemblée nationale du Mali et celle de la République française. Donc, c’est une commission qui a été très bien formée et l’accueil a débuté depuis le lundi 6 janvier.
En moins de 24 heures, je peux vous dire que nous avons enregistré plus de 100 députés. Ce qui est très encourageant. Ce que je peux ajouter, c’est que, depuis le grand portail, les députés sont accueillis, sont orientés et sont conduits dans la salle Mamadou Konaté. Au niveau de cette salle, ils remplissent d’abord un premier formulaire, pour donner beaucoup de renseignements personnels.

On a ainsi demandé aux députés de se munir d’un certains nombre de documents. Il s’agit notamment d’un acte de naissance, d’un relevé d’identité bancaire, de deux photos d’identité et, pour ceux qui sont fonctionnaires, d’une copie de leur arrêté d’intégration à la Fonction publique. Tout cela va nous permettre de prendre les dispositions nécessaires pour gérer leurs dossiers sur le plan administratif et d’engager les procédures pour leur faire établir des passeports diplomatiques.

C’est vous dire que l’administration de l’Assemblée a pris de l’avance par rapport à tout cela, étant donné que nous avons eu le temps nécessaire pour ce faire. Il y a également des huissiers dans la salle, pour expliquer aux nouveaux élus comment on porte l’écharpe, où placer les insignes, etc… Et on leur remet en même temps un kit, dans lequel ils trouvent tous les documents dont ils auront besoin, la Constitution du Mali, les lois organiques, le règlement intérieur de l’Assemblée.
Nous avons aussi élaboré un Guide du député, qui se trouve également dans ce kit, avec toutes les informations pratiques adéquates. Et, pour ceux qui sont intéressés, il y a une séance photo et une visite guidée de l’Institution. Dans les jours à venir, nous allons aussi organiser un séminaire pour former les députés par rapport au travail parlementaire. En attendant la séance inaugurale, à la faveur d’une session extraordinaire qui sera convoquée par décret du Président de la République.

Comment cette session inaugurale va-t-elle se dérouler?

Pour la séance inaugurale, le nouveau Président de l’Assemblée nationale ne sera pas encore élu. Donc, cette première séance est présidée par le doyen d’âge des députés, assisté des deux plus jeunes élus de la Nation. C’est à ce moment qu’il y aura l’élection du Président de l’Assemblée nationale. Après cette élection, le doyen d’âge va se retirer pour céder le fauteuil au Président élu et les deux plus jeunes députés vont continuer au présidium jusqu’à l’élection du Bureau de l’Assemblée National. Tout cela ne se fait pas le même jour. Le premier jour, c’est uniquement l’élection du Président qui a lieu.

Donc, peut-on dire aujourd’hui que l’Assemblée est véritablement prête à accueillir les nouveaux élus?

Ah oui, l’Assemblée est parfaitement prête! Vous-mêmes, vous pouvez faire le tour. Les commissions administratives travaillent. Nous sommes est fin prêts.

Avez-vous un message particulier à adresser aux nouveaux députés?

Je souhaite d’abord féliciter pour la confiance en eux placée par le peuple malien. Je suis convaincu que c’est une lourde responsabilité, mais qu’ils seront à la hauteur. Parce que, si le peuple leur a fait confiance, cela veut dire qu’ils peuvent remplir cette mission. Pour ce qui concerne l’administration, je veux assurer tous les Honorables députés que nous sommes à leurs côtés. Dès qu’ils franchissent le portail de l’Hémicycle, il y a une administration qui les accompagne, pour les aider, les encadrer aussi et les former par rapport à ce travail parlementaire. Je voudrais aussi profiter de cette occasion pour présenter mes meilleurs vœux aux nouveaux élus de la Nation et à l’ensemble du peuple malien.

Interview réalisée par Youssouf Diallo

Les Echos du Parlement du 10 Janvier 2014