Partager

Les membres du Conseil de sécurité des Nations unies étaient en visite le lundi dernier à l’Assemblée nationale du Mali. Par cette visite l’organe des Nations unies voulait renouer le dialogue et la réconciliation avec les groupes armés. Cette rencontre était présidée par le Président de l’Assemblée nationale (AN), Issaka Sidibé, en présence de l’Ambassadeur de France aux Nations unies, Gérard Araud, chef de mission du Conseil de Sécurité des Nations unies (CSNU), le Tchadien Mangaral Banté.

Le Président de l’AN, dans son allocution, a d’abord hautement apprécié cette visite du CSNU auprès de la représentation nationale du Mali. Il a aussi remercié les Nations unies pour avoir aidé notre pays à sortir de la catastrophe qu’il frôlée. En effet, le Mali vient de loin et même de très loin. Mais avec l’appui de la communauté internationale soutenue, par de la CEDEAO et au plan national par des leaders politiques, le Mali a recouvré son intégrité territoriale et sa souveraineté internationale.

L’occasion était donc opportune pour lui de remercier les Nations unies, particulièrement le CSNU pour le vote des différentes résolutions, notamment les résolutions 2071, 2085, 2100 et 2129 et toutes les autres mesures subséquentes qui ont permis le redéploiement des forces Armées françaises et Africaine en territoire du Mali. Toutes choses qui ont permis de neutraliser les forces du mal et créer des conditions de refondation de l’Etat du Mali et la mise en place de la Commission-Vérité, justice et réconciliation. Un des axes stratégiques de cette Commission vise à restaurer la cohabitation paisible et le vivre- ensemble entre les populations du nord du Mali.

«Nous réaffirmons notre attachement à la réconciliation, des cœurs et des esprits, de même qu’à la consolidation d’une Nation», a-t-il déclaré, en faisant référence à Nelson Mandela qui disait «Tous vivraient dans la paix et avec des chances légales». Le Président de l’AN a aussi demandé au CSNU de nous aider à la mobilisation des fonds annoncés lors de la conférence de Bruxelles. Pour lui, cette manne financière contribuera à la relance de l’économie du Mali. Il a souhaité que les membres du CSNU fassent plus d’efforts et d’engagement pour le rétablissement de l’autorité de l’Etat à Kidal.

De son côté, le chef de la mission onusienne a rappelé les raisons de sa visite dans notre pays. Il a précisé qu’il vise à faire le point de ce qui a été réalisé depuis la crise jusqu’à maintenant. Il a soutenu que le CSNU est très préoccupé par la situation du Mali. C’est pourquoi, il a lancé un appel solennel aux autorités maliennes, de prôner le dialogue pour que le Mali puisse avoir entièrement sa souveraineté. Pour lui, l’Etat malien ne peut exiger le désarmement aux groupes armés comme préalables.
Pour sa part, le chef de l’opposition, l’Honorable Soumaila Cissé, a fait des griefs sur la levée des mandats d’arrêt contre les criminels du MNLA et réclamé leur jugement.

Adama Bamba

Les Echos du Parlement du 7 Février 2014