Partager

Ce Dimanche 28 juillet 2013 marque le début d’une ère nouvelle pour la démocratie Malienne. En effet, les habitants de la CV ont accompli avec enthousiasme et bravoure leur devoir civique lors du scrutin dans leur circonscription électorale.

Les centres de vote ont été pris tôt d’assaut par les populations de la CV du district de Bamako. A 6h 10, les présidents des centres de vote, les délégués des partis, les observateurs nationaux et internationaux, les membres de la Ceni et les forces de l’ordre étaient prêts à commencer une rude journée dominicale de scrutin. Après avoir vérifié les matériels de vote et revu les petits détails qui peuvent entraver la bonne tenue du scrutin, les présidents des différents centres ont insisté sur le respect strict des textes en vigueur, et une exigence d’un heureux déroulement de l’opération de vote.

A 8H00 mn, les différents bureaux de vote des quartiers de Daoudabougou, Kalaban- coura, Baco-djicoroni, Quartier-Mali, Torokorobougou, Kalabancoro ont démarré l’opération de vote. Au dehors des bureaux de vote, les populations à la queue leu leu attendaient avec impatience leur tour d’accomplir avec faste leur devoir civique.

Malgré les multiples indications et tentatives d’orientation, certains votants ne savaient pas leur lieu de vote, ils étaient là, toujours à la recherche permanente de leur bureau de vote.

Les forces de l’ordre postées juste à l’entrée principale de ces centres ont procédé à des fouilles minutieuses, l’accès des bureaux étant subordonné à la présentation de la carte Nina ou des cartes d’accréditation dûment établies par les autorités légitimes. Les forces spéciales de la Munisma et de la police militaire (Fama) quadrillaient les différents emplacements de vote de la commune.

Au cours de cette opération de vote, de petits incidents ont été enregistrés de part et d’autre dans les différents centres, entre autres : manque d’enveloppes, absence notoire de certains mandataires des 27 candidats en lice, des cartes Nina sans empreintes, l’absence des noms d’électeur sur la liste de votants. Moustaphe Coulibaly, coordinateur de la zone de Kalaban Coura a déploré cette situation désagréable, par conséquent, des mesures avaient été prises par les organisateurs en ce sens pour éviter de tels ennuis. « Nous sommes sûrs que d’ici la fin de l’opération de vote, nous trouverons une solution pour palier tous ces risques afin d’avoir une élection crédible et apaisée » a dit il.

Au niveau du bureau de vote N° 58 de Kalaban-coura publique c’est le cafouillage : absence de matériels, une longue file d’attente pour le démarrage du vote. Certaines personnes âgées avaient des difficultés pour monter les escaliers dans certains centres. Pour Moussa Sama Diakité, âgé de 70 ans, habitant de Daoudabougou « c’est un événement historique pour notre pays qui a vécu des moments difficiles. De cette élection sortira un président légitime qui fera du Mali le Mali d’antan.

Donnons-nous la main pour bâtir un État fort et surtout éviter la crise postélectorale» Même son de cloche chez les femmes et les jeunes filles qui étaient présents. Elles ont exprimé leurs sentiments de participation pour cet enjeu du 28 juillet et souhaitaient voir la fin de la crise politico institutionnelle au Mali. Cette élection est l’un des scrutins qui aura registré un des meilleurs taux de participation.

Gérard Dakouo

29 Juillet 2013