Partager

L’électeur doit couronner -pour ne pas dire accomplir- ce dimanche le dernier acte du processus qu’il avait entrepris depuis des mois. Après son inscription sur la liste électorale et le retrait de sa carte d’électeur, il doit voter son candidat. Il va de soi qu’entre l’inscription et le retrait de la carte, il a sûrement écouté, avec attention, les différents candidats notamment sur ce que chacun d’eux compte faire une fois élu à la magistrature suprême.

Nous rappelons qu’il y a 6.884.524 électeurs, dont 617.161 à l’extérieur. Tous ces électeurs sont répartis entre 20.278 bureaux de vote dont 1.360 dans les juridictions diplomatiques et consulaires du Mali à l’extérieur.

Dans sa composition, conformément à la loi électorale du septembre 2006, le bureau comprend un président et quatre assesseurs et les délégués des candidats. Ces derniers ne peuvent être expulsés sauf cas de désordre provoqué ou de flagrant délit justifiant leur arrestation. Les membres du bureau siègent pendant toute la durée du scrutin. Le nombre des présents ne doit en aucun cas être inférieur à trois, dont le président ou son représentant et le secrétaire.
L’opération de vote

Le scrutin est ouvert à 8 heures et se ferme à 18 heures. Toutefois, les électeurs présents devant le bureau de vote à l’heure de la clôture seront admis à voter .

Concernant l’urne électorale, elle ne doit avoir qu’une ouverture destinée à laisser passer le bulletin unique. Avant le commencement du scrutin, elle est fermée par scellé ou par deux serrures ou cadenas dissemblables. L’ une des clés reste entre les mains du président, l’autre entre celles de l’assesseur le plus âgé.

A son entrée dans le bureau de vote, l’électeur fait constater son identité par sa carte d’électeur si celle-ci contient sa photographie. Pour celle élection, il faut préciser que l’électeur n’a pas sa photo sur sa carte. Pour cela, l’électeur fait constater son identité par sa carte d’électeur et une pièce d’identité officielle. Mais pour le citoyen qui est inscrit sur la liste électorale ne disposant pas de sa carte d’électeur peut voter sur présentation d’une pièce d’identité officielle.

Les électeurs inscrits sur la liste électorale ne disposant ni de carte d’électeur, ni de pièce d’identité officielle peuvent se faire identifier par le témoignage de deux électeurs inscrits sur la liste d’émargement du bureau et en possession de leur pièce d’identité officielle.

Les électeurs en possession de leur carte d’électeur mais ne disposant pas de pièces d’identité officielles peuvent voter à travers le témoignage de deux électeurs inscrits sur la liste d’émargement du bureau.

Après ces étapes, l’électeur prend un bulletin unique, et se rend obligatoirement dans l’isoloir pour marquer d’une croix ou de tout autre signe son choix sur ledit bulletin. Ensuite, il fait constater au président qu’il n’est porteur que d’un seul bulletin; le Président le constate sans toucher le bulletin unique que l’électeur introduit lui-même dans l’urne après l’avoir plié dans l’isoloir.

L’électeur signe ou appose son empreinte digitale sur la liste d’émargement en face de son nom. Un assesseur émarge la carte d’électeur après y avoir porté la date du scrutin et la mention «a voté» et veille au trempage de l’index gauche de l’électeur dans l’encre indélébile.

La loi électorale a été sensible aux électeurs infirmes, s’ils ne peuvent introduire leur bulletin dans l’urne, ils peuvent se faire assister par un électeur de son choix.

Après le vote et la clôture du scrutin, il sera procédé dans le bureau de vote le dépouillement. La liste des émargements est arrêtée et le nombre de votants est indiqué en toutes lettres ; elle est signée par les membres du bureau.

Vote par procuration

L’article 105 et suivants traitent la question. Les électeurs empêchés peuvent exercer, sur leur demande, leur droit de vote par procuration dans les conditions fixées par la présente loi. : les électeurs qui établissent que des obligations dûment constatées les placent dans l’impossibilité d’être présents dans leur lieu d’inscription le jour du scrutin ; les électeurs appartenant à l’une des catégories ci-après, qu’ils se trouvent ou non dans leur lieu d’inscription le jour du scrutin : les malades, les femmes en couche, les infirmes ou les incurables ; les grands invalides ; les personnes placées en détention provisoire et les détenus purgeant une peine n’entraînant pas d’incapacité électorale. Aucun mandataire ne peut utiliser plus de deux (2) procurations. Si plus de deux procurations sont dressées, les deux premières dressées sont seules valables

Le dépouillement du vote

L’urne est ouverte, son contenu est compté. Le nombre de bulletins doit être égal à celui des émargements. S’il y a une différence, ou recompte et si la différence subsiste, il en est fait mention au procès-verbal. Le bureau désigne parmi les électeurs présents, un certain nombre de scrutateurs sachant lire et écrire, lesquels se divisent par table de quatre au moins

Après, le président répartit les bulletins uniques à vérifier entre les diverses tables. A chaque table, un des scrutateurs prend le bulletin unique qu’il déplie et le passe à un autre scrutateur. Celui-ci le lit à voix haute. Les noms portés sur les bulletins sont relevés par deux scrutateurs au moins sur les feuilles de pointage.
Les précisions

Il faut savoir que certains bulletins ne seront pas pris en compte et seront déclarés nuls. Il s’agit des bulletins blancs ; ceux ne contenant pas une désignation suffisante ; ceux sur lesquels les votants se sont fait connaître ; les bulletins portant des signes de reconnaissance ; les bulletins portant des mentions injurieuses.

Ces bulletins sont annexés au premier exemplaire des procès-verbaux de résultat de vote pour être acheminés à la commission de centralisation de vote sous pli scellé. Ils doivent porter la mention des causes de l’annexion et être contresignés par les membres du bureau.
Immédiatement après le dépouillement, le président du bureau de vote proclame le résultat du scrutin et procède à l’affichage du récépissé des résultats devant le bureau de vote.

Une copie de ce récépissé dûment signée est aussitôt remise à chaque délégué de parti politique, de candidat ou de liste de candidats.

Calculs électoraux

Lors des élections on parle d’abstention, de bulletins blancs, de bulletins nuls, taux de participation, suffrages exprimés, etc. Que recouvrent exactement ces termes ?

L’abstention est le nombre de personnes qui n’est pas allé voter. Elle se calcule comme suit abstention = inscrits – votants.

Les bulletins blancs ou nuls sont ceux des bulletins qui ne sont pas valables. Bulletins nuls ou blancs = votants – suffrages exprimés.
Le taux de participation qui est de nombre de votants x 100 / Nombre d’inscrits.

Le bureau arrête le nombre de suffrages obtenus par candidat en additionnant les totaux partiels sur les feuilles de dépouillement.

Les pourcentages des voix obtenues par candidat s’obtiennent par la formule : Suffrages obtenus par candidat x 100 / nombre total suffrages valablement exprimés.

Ahmadou MAIGA

27 avril 07