Partager

«Les résultats dont nous disposons laissent croire qu’il y aura forcement un second tour». C’est en substance la position du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la République (FDR). Par cette déclaration, les candidats de cette plateforme politique entendent déjouer une éventuelle proclamation de victoire pour un candidat dès le premier tour.

Vingt quatre heures après le scrutin présidentiel du 28 juillet 2013, les états majors de campagne des candidats s’activent à la compilation des résultats de l’élection. Et dans les rangs du FDR, la panique côtoie des mises en garde. Panique puisqu’elle s’active à revisiter l’alliance électorale qu’ils avaient précédemment signé et qui semble être fragilisée par les intérêts politiques. La mise en garde, elle, est adressée «à ceux qui, à travers des radios privées, ont fait croire qu’il y a un candidat élu dès le premier tour».

L’attaque est adressée à Ibrahim Boubacar Keïta. Des tendances de vote relayées par des radios à la fermeture des bureaux laissent croire une forte avancée d’IBK sur ses adversaires. «Le résultat dont nous disposons de l’intérieur du pays portent sur 90 % des suffrages exprimés. Ils prouvent à suffisance qu’il y aura un second tour», a souligné Amadou Koïta, porte-parole du FDR.

jpg_koita-fdr.jpgLa proclamation parcellaire des résultats avant l’administration est la volonté de «ceux qui ont peur d’aller au bout du processus et qui veulent nous imposer un président de fait», a-t-il dénoncé. Avant de tempérer sa position : «Nous ne sommes pas des anti-IBK, nous sommes des anti-putsch».

Les partis membres du front anti-putsch avaient sur le ring au moins quatre candidats (Dramane Dembélé de l’Adéma, Soumaïla Cissé de l’URD, Modibo Sidibé des FARE, Mme Haïdara Aïchata Cissé, candidate indépendante). Les chefs de partis membres ont tenu un réunion d’urgence au siège de l’Adéma, en début d’après-midi de ce lundi 29 juillet 2013, en présence de trois premiers candidats.

L’objectif était de faire face à un scénario. Lequel ? Officiellement, il s’agit de réaffirmer la volonté des candidats de suivre le candidat le mieux placé au second tour. Officieusement, il s’agirait de faire face à une éventuelle proclamation de victoire dès le premier tour : « Les résultats de l’extérieur ont été fournis. Il ne peut pas y avoir de victoire au premier tour», constate Amadou Koïta.

Notons cependant que les résultats provisoires sont attendus officiellement pour demain mardi 30 juillet 2013.

Seydou Coulibaly

29 Juillet 2013

MLS : 17H 20 TU