Partager


Depuis le 14 mars 2009, les listes de candidatures pour l’élection des 10 777 conseillers sur toute l’étendue du territoire, scrutin du 26 avril prochain sont disponibles. A Bamako dans la capitale, ils sont au total 5 907 candidats répartis sur 141 listes pour la conquête des 250 sièges à pourvoir.

Parmi les candidats à Bamako pour les municipales, il y a Amadou Koïta, président de la Jeunesse du Mouvement Citoyen, tête de liste des indépendants du Mouvement Citoyen de la Commune III du District de Bamako.

En décidant de briguer pour la première fois le suffrage des électeurs en tant qu’indépendant, M. Koïta a pris un gros risque. Et pourtant, à 38 ans, le président de la Jeunesse du Mouvement Citoyen possède des atouts. Pourra-t-il transformer ses atouts en victoire le soir du 26 avril 2006 ?

Qui ne risque rien n’a rien

Un adage dit qu’en politique, qui ne risque rien n’a rien. Prenant son courage à deux mains, le président de la Jeunesse du Mouvement Citoyen, M. Amadou Koïta s’est jeté dans la mare électorale pour la première fois au Mali en prenant la tête de la liste des indépendants du Mouvement Citoyen de la Commune III du District de Bamako.

Il est vrai que depuis plusieurs années, il milite dans le vaste champ associatif et politique. Mais c’est la première fois qu’il affronte les urnes. En politique au Mali, le courage est la chose la moins partagée. De crainte d’être battus, plusieurs responsables politiques n’osent pas briguer le suffrage des électeurs.

Et pourtant, dans un régime démocratique, le pouvoir s’acquiert par la voie des urnes. Est-ce à dire que les leaders politiques qui refusent de se soumettre au verdict des urnes ont renoncé à leur mission qui est celle de la conquête et de l’exercice du pouvoir ?

Les raisons d’une candidature

Selon nos sources, pour permettre au président de la République d’achever son deuxième mandat dans la paix et dans la tranquillité, ses amis du Mouvement Citoyen et d’autres associations avaient pensé qu’il leur faut des députés à l’Assemblée Nationale. De ce fait, après la réélection d’ATT en avril 2007 dès le 1er tour du scrutin, ils ont préparé des candidatures indépendantes à la députation en juillet 2007.

Mais à la dernière minute, ATT aurait dit à certains de ses amis du Mouvement Citoyen de renoncer à leur candidature aux législatives de 2007 au profit des partis politiques qui ont soutenu sa candidature pour son deuxième mandat. C’est pourquoi le Mouvement Citoyen n’a pas eu assez de députés, a-t-on appris.

Les responsables du Mouvement Citoyen ont respecté les consignes données par le chef de l’Etat à l’époque et ont remis leurs candidatures à plus tard. Les élections communales du 26 avril 2009 est l’occasion idéale pour mesurer leur force, en fait ce que le Mouvement Citoyen vaut réellement.

Le nombre d’élus obtenus par les partis politiques et autres mouvements à caractère politique semble être le meilleur baromètre pour mesurer l’importance du poids de tout un chacun. Les communales du 26 avril 2009 constituent les seules joutes électorales avant 2012, année des prochaines élections présidentielles et législatives au Mali.

C’est pourquoi le Mouvement Citoyen veut saisir cette unique occasion pour se positionner en 2012. En tout cas, il a présenté des candidatures un peu partout au Mali. Selon nos sources, après l’ADEMA et l’URD, le Mouvement Citoyen vient en troisième position en terme du nombre de candidatures présentées pour le scrutin du 26 avril 2009.


Ce qui pourrait être un handicap

Ce qui pourrait être un handicap pour la candidature de Amadou Koïta aux communales 2009 serait son inexpérience en la matière car, c’est la première fois pour lui de briguer le suffrage universel. La liste qu’il conduit en Commune III doit affronter 20 autres listes de candidatures pour les 37 sièges en jeu. Parmi ses adversaires, le maire sortant du District de Bamako qui conduit la liste ADEMA sur laquelle le maire de la Commune III, Abdel Kader Sidibé se trouve en 10ème position.

L’ex-ministre de la Jeunesse et des Sports M. Moussa Balla Diakité, conseiller sortant, candidat à sa propre succession sur la liste ADEMA, peut également traîner des foules dans son quartier à N’Tominkorobougou surtout.

La liste URD, conduite par Kamadou Sidibé, un homme d’affaires fortuné qui a brillé lors des communales de 2004 sur la liste AFP (Alliance des Forces du Progrès) est aussi un adversaire de taille de la liste des indépendants du Mouvement des Citoyens de la Commune III.

Il faut rappeler qu’en 2004, l’AFP a obtenu 7 conseillers municipaux en Commune III. Ce sont eux qui ont massivement adhéré à l’URD.
La liste des indépendants du Mouvement Citoyen de la Commune III a donc du pain sur la planche. Ces ténors doivent batailler dure s’ils veulent avoir des conseillers.


Les jeunes vont-ils saisir l’occasion ?

Sur les 37 candidats indépendants du Mouvement Citoyen de la Commune III, 6 occupent le 10ème rang, donc en bonne position. C’est donc sur les jeunes que l’espoir est bâti. En tout cas, les jeunes de la Commune III ont l’occasion de faire pour eux mêmes. Jusque-là la Jeunesse du Mouvement Citoyen a fait montre de sa capacité de mobilisation.

A chaque meeting ou conférence tenu, soit au Palais de la Culture, soit au Centre International de Conférences de Bamako, ils ont toujours rempli la salle. Vont-ils massivement sortir le 26 avril 2009, le jour du scrutin pour aller voter pour eux mêmes ? Sommes toutes, 2012 passe par 2009, c’est-à-dire les communes. Si les jeunes veulent peser demain, les élections municipales constituent le soubassement. Ils ont l’occasion de démontrer qu’ils possèdent une certaine culture politique et démocratique.

A voir de près les candidatures de la Jeunesse du Mouvement Citoyen, il y a à parier que ses leaders ont d’autres ambitions qui vont au-delà des élections communales de 2009. A l’issue de celle-ci, vont-ils donner une autre orientation à leur combat ? En tout cas, en Commune II du District, un jeune du Mouvement Citoyen en la personne de Cheick Oumar Coulibaly tient une liste, un autre est aussi tête de liste à Markala entre autres. Ces jeunes loups n’ont-ils pas des dents longues ?


Daba Balla KEITA

24 Mars 2009