Partager

En présence de ses nombreux partenaires, le représentant de Helen Keller international Cheik Sidibé a fait une brève présentation de HKI, sa mission, son programme.

Selon lui, depuis la fondation de l’ONG en 1915 à Paris, HKI s’est donnée comme mission de sauver la vie des personnes les plus vulnérables.

C’est ainsi que le programme de l’ONG est articulé autour de la nutrition (vitamine A), la lutte contre la cécité. C’est aussi une agence d’assistance technique. Dans cette optique la scolarisation des filles devient une préoccupation de HKI avec l’ensemble de ses partenaires.

Ces partenaires n’ont pas manqué de faire l’état des lieux, les acquis, les difficultés les enjeux de la scolarisation des filles au Mali.

Ils ont tous unanimement accepté et démontré qu’il y a eu des progrès dans l’accès à l’école des filles, mais des disparités entre filles et garçons sont très fortes.

Le taux brut de scolarisation des filles en 1990 était de 19 % contre 56 % en 2003. Il était de 42 % en 1990 chez les garçons et 78 % en 2003. Au second cycle le taux chez les filles est de 22 % et 38 % chez les garçons.

Le Mali vient en 5e position au niveau mondial pour l’écart de scolarisation entre filles et garçons selon les constats des partenaires.

Aussi, il a été constaté qu’il y a trop de redoublement et trop d’abandons scolaires chez les filles. Le taux de redoublement moyen est de 19,7 % dans le premier cycle et dépassant 20 % de la 4e à la 6e année selon une enquête de l’Unicef.

Et, le taux d’abandon entre 12 et 20 % par an à partir de la 3e année. Seulement 40 % des filles terminent le premier cycle selon cette même enquête.

Alors concernant les enjeux de la scolarisation des filles, les différents intervenants ont proposé qu’il faut améliorer la santé maternelle et infantile, améliorer l’éducation des enfants, développer la production et la productivité, les compétences de vie courante, réduire les mariages précoces, promouvoir le droit et la citoyenneté, respecter des engagements internationaux.

La représentante du Ministère de l’éducation Nationale Mme Yakaré Soumano n’a pas manqué de présenter la politique nationale de la scolarisation au Mali.

Selon elle, tous les partenaires ont participé à l’élaboration de cette politique. La campagne nationale radiophonique sur la scolarisation des filles a débuté le 1er septembre et prendra fin le 30 octobre 2005.

Cent dix (110) radios diffuseront trois messages 2 à 3 fois par jours pendant 60 jours dans 11 langues nationales. La contribution des partenaires (Unicef, Unesco, Hki,
Usaid) s’élève à 26.010.610 F Cfa.

A retenir que les messages ont été proposés par le Ministère de l’Education nationale et ses partenaires.

Fakara Faïnké

08 septembre 2005.