Partager

La journée d’hier a été mouvementée dans le quartier d’Hamdallaye où avait lieu le procès de l’activiste et percutant animateur Mohamed Youssouf Bathily alias Rasbath pour atteinte aux mœurs. Tôt mercredi, la foule a convergé au Tribunal de première instance de la Commune IV avec des slogans demandant la libération de l’interpellé. Dans cette ambiance surchauffée, les partisans et soutiens de Rasta ont affronté les forces de l’ordre déployées. Bilan provisoire des jets de pierre, des barricades et des lancers de gaz lacrymogènes : un mort enregistré au CHU Gabriel Touré et plusieurs blessés.
Les forces de l’ordre ont tenté de contenir la colère de la foule. Sans succès. Toute la journée d’hier, les habitants d’Hamdallaye ont vécu dans la peur et l’angoisse. Cette situation appelle à l’apaisement et à la retenue dans un pays qui peine à sortir de la crise. Le scénario d’hier ressemblait à s’y méprendre à l’ambiance qui prévalait avant le 22 mars 2012 qu’aucun Malien ne souhaite revivre. Il y en va de la quiétude et de la paix sociales.

Si nul n’est et ne doit être au-dessus de la loi, il importe de l’appliquer strictement. Et, en l’occurrence, on a affaire à un délit de presse. Tout au plus.

DAK

L’Indicateur du 18 Août 2016