Partager

“Le cancer ne tue pas toujours. Aidez les cancéreux”. Tel était le slogan placardé à l’entrée du centre de référence pour sensibiliser le public présent à cette inauguration.

Madame le maire de la Commune I, Mme Konté Fatoumata Doumbia remercia aimablement ses partenaires d’Angers (France) qui ont offert plusieurs appareils afin de dépister le cancer du sein.

“Ces appareils sont à votre disposition”, déclare-t-elle aux femmes atteintes de ce cancer. Ce type de maladie est un vrai problème au Mali. La création de cet espace de cancérologie-radiologie permettra, à long terme, de contrecarrer le cancer du sein en le dépistant à temps.

Puis, ce fut au tour de Nicolette Dauver, radiologue spécialisée en seinologie. L’apport de matériel de dépistage n’aurait pas pu se faire sans elle. Cette angevine répondit au désarroi de l’Almac face à la maladie et se mobilise afin de mettre à disposition des Maliennes des moyens adéquats.

Enfin, Madame la ministre de la Santé avança vers le micro et enchanta le public de son espoir de « sauver ou tout du moins de soulager des centaines voire des milliers de femmes ».

La cérémonie a pris fin par la coupure du ruban symbolisant l’entrée du nouveau service dans le centre de référence. Toutes les femmes impliquées dans cette lutte ont visité les nouveaux lieux et certaines se sont portées volontaires à l’essai du matériel.

L’histoire naît il y a 4 ans d’une rencontre entre des membres de l’Almac et une radiologue française.
Ces femmes maliennes, navrées à l’époque de l’absence de diagnostics et de traitement du cancer du sein au Mali fait appel à Nicolette Dauver, professionnelle au centre anti-cancéreux d’Angers.

C’est de ce partenariat qu’est né le projet de créer un service de dépistage. La radiologue angevine obtient en quelques temps auprès de centres médicaux angevins deux mammographies, des machines à développer des films à radios et un échographe.

C’est grâce au partenariat Angers/Bamako que le matériel a pu être envoyé puis mis à disposition du centre de santé malien.

”Sauver la vie”

D’un commun accord entre les femmes de l’Almac, le professeur Issa Traoré, chef du service de radiologie du Point G et les partenaires angevins, le centre de diagnostic est implanté en Commune I.

“C’est un lieu central pour que les femmes puissent y venir et bénéficier d’une mammographie”, explique Nicolette Dauver.

La création de ce centre permettra de dépister précocement les tumeurs afin de pouvoir opérer les femmes atteintes au Mali « dans l’espoir de sauver la vie de la moitié des femmes atteintes” avoue Nicolette.

La mammographie et la radiothérapie sont les moyens les plus simples et les moins coûteux de dépister puis traiter le cancer du sein.

Le centre de dépistage devient aujourd’hui un projet entièrement malien qui doit fonctionner de manière autonome.

La concrétisation de cette action apparaît aujourd’hui comme “un petit miracle” conclue Nicolette Dauver, ceci incarne une avancée non négligeable en matière de santé.

Tricard Caroline
-Arnou Clarisse
stagiaires

10 mars 2006.