Partager

Signé entre la Banque mondiale et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), à travers l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS) en décembre 2015, le projet Paludisme et maladies tropicales négligées au Sahel (P/MTN) a été officiellement lancé ce mardi à l’hôtel Radisson Blu de Bamako.

La cérémonie de lancement, placée sous le haut patronage du Premier ministre Modibo Kéita, a enregistré la présence du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Marie-Madeleine Togo, du directeur général de l’OOAS, Xavier Crespin, du représentant résident de la Banque mondiale, Paul Noumba Um, et plusieurs membres du gouvernement.
Le Premier ministre Modibo Kéita a salué l’engagement des partenaires techniques et financiers et invité les pays bénéficiaires à tout mettre en œuvre pour pérenniser les acquis.
Le P/MTN, financé à hauteur de 121 millions de dollars par la Banque mondiale, a pour but d’accroître l’accès et l’utilisation des services à base communautaire harmonisés pour la prévention et le traitement du paludisme et certaines MTN dans les zones transfrontalières des pays bénéficiaires,
Le projet P/MTN couvre 3 pays de la Cédéao (le Burkina Faso, le Mali et le Niger). Il vise aussi à améliorer la collaboration régionale pour de meilleurs résultats dans tous les pays ; à soutenir la mise en œuvre coordonnée des interventions contre le paludisme et les MTN dans les zones frontalières et à renforcer leurs capacités institutionnelles.

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique a rappelé les résultats atteints et les défis à relever pour l’élimination de ces fléaux. A l’en croire, la mise en œuvre de ce projet régional va permettre non seulement de lutter contre ces maladies, mais aussi contribuer au développement socio-économique des pays bénéficiaires.

« L’idée maîtresse de cette initiative est d’alléger le fardeau énorme du paludisme et des MTN et de contribuer à la réduction de la pauvreté et à l’augmentation de la productivité et à l’amélioration de la qualité de vie des populations concernées », a-t-elle précisé.

Le directeur général de l’OOAS a ajouté que sur les 109 pays touchés par le paludisme dans le monde (données OMS), les prévalences et les mortalités les plus élevées sont observées dans 35 pays, dont 30 en Afrique. Parmi ces pays africains, 13 sont dans l’espace Cédéao.
Les partenaires techniques et financiers, à travers la Banque mondiale, ont assuré l’OOAS de leur soutien au projet P/MTN.

Youssouf Coulibaly
20 Juillet 2016