Partager

L’hôtel Massaley a abrité le mercredi 26 décembre 2012, un atelier de dissémination des résultats de « l’étude qualitative des activités de santé néonatale en milieu communautaire » et ceux de «l’évaluation des soins Mère Kangourou» au Mali. Organisée par Save the Children, la rencontre a été coparrainée par la ministre de la promotion de la famille, de la femme et de l’enfant, Alwata Inchata Sahi, en présence de son homologue de la santé, Soumana MAKADJI.

jpg_une-1303.jpgC’est à travers une campagne intitulée «Tous et Chacun» que Save the Children imprime une nouvelle dynamique à son engagement en faveur de la santé maternelle, néonatale et infantile. Les résultats des travaux du présent atelier vont permettre aux acteurs du domaine sanitaire de réduire la problématique de la mortalité néonatale et de relever le défi du quatrième point des Objectifs du Millénaire pour le Développement. La ministre Alwata Inchata Sahi, a loué les efforts de l’ONG partenaire en faveur des enfants. Selon elle, les résultats de l’étude qualitative des activités de santé néonatale en milieu communautaire et ceux de l’évaluation des soins Mère Kangourou au Mali représente d’énormes acquis dans le domaine humanitaire.

En dépit des efforts consentis ces dernières années, le ministre de la santé a souligné que la mortalité et la morbidité néonatale reste un problème de santé publique au Mali. Selon la quatrième Enquête Démographique et de Santé (EDS IV) réalisé en 2006, 54% des accouchements au Mali se font à domicile sans assistance de professionnels de santé. La même étude révèle que 46 nouveau-nés sur 1000 naissances vivantes meurent au premier mois de leur vie.

Pour palier à ce problème, une série de mesures ont été prises par les autorités. Pour la réduction de la mortalité maternelle et néonatale, les initiatives ne manquent pas. Une feuille de route, la Vision 2010+5, la Stratégie Nationale de Survie de l’Enfant, l’intégration des soins néonataux d’urgence dans les services de soins obstétricaux d’urgence, la gratuité de la césarienne, la prise en charge du paludisme pour les enfants de moins de 5 ans, sont entre autres projets qui manifestent la volonté des autorités maliennes de réduire les décès maternels et néonataux.

Seydou Coulibaly

Le 8 Janvier 2013

© AFRIBONE