Partager

Ce jeudi 3 juillet 2008, le ministre de la Santé, M. Oumar Ibrahim Touré a efféctué une visite à l’hôpital du Point G où il a été accueilli par le chef de service dudit hôpital. Ce déplacement au Point G a permis au ministre de visiter le nouveau bureau des entrées, le nouveau sercice de médecine nucléaire et la nouvelle caméra Gamma du laboratoire qui abrite l’appareil de toxicologie et le nouveau service de gényco-obstétrique.

Dans la foulée de cette visite, le ministre de la Santé a officiellement reçu , des mains du donateur, des équipements d’endoscopie et suivi un cas pratique de resection.

Les valeurs approximatives de ces différents équipements -à savoir les équipements d’endoscopie pour la résection- est d’une valeur de 20 millions de FCFA offerts par l’ONG Equilibre et Population. En ce qui concerne l’équipement en caméra Gamma, il est un don de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) par l’intermédiaire du PNUD, d’une valeur de 300 millions de FCFA. Quant nt à l’équipement de toxicologie d’une valeur de 60 millions de nos francs, il est financé par le budget national.

Selon le chef du service d’urologie de hôpital du Point G, le Pr Kalikou Ouattara, l’obtention de ces matériels vient améliorer le plateau technique du sercice d’urologie et de la qualité du traitement. “Mais c’est surtout sur le plan universitaire, car le service d’urologie répond mieux aux normes d’un service de centre hospitalo-universitaire, et les conditions sont réalisées pour la formation, et cela, dans le cadre du CES d’urologie dont nous attendons la signature de l’arrêté d’ouverture “, a-t-il ajouté.

Selon l’explication de M. Ouattara, la resection endoscopique des tumeurs de la prostate et de la vessie est une technique qui consiste à couper une tumeur située soit au niveau de la prostate, soit au niveau de la vessie, morceau par morceau (copeau par copeau) jusqu’à son ablation complète. Ces dernières années, cette technique s’applique surtout aux tumeurs de la prostate (adénome et cancer) qui sont la cause la plus fréquente de troubles urinaires chez la personne âgée.

A l’en croire, cette technique a bénéficié de toute l’ingéniosité des urologues et de beaucoup de progrès techniques : apparition de caméra miniature, console vidéo pour visualiser le geste directement sur écran, la lumière froide, le passage de la résection dans le glycocolle à la résection dans le sérum salé, les générateurs très performants, etc.

Pour le Pr Kalilou, les avantages de la technique de résection par voie endoscopique des tumeurs prostatiques ou vésicales, pour le malade, est l’absence de plaie opératoire, donc pas de douleur, pas non plus d’activités de pansement. Ainsi, il y a réduction des frais de médicaments, puisque le kit médicaments se résume à un stock de sérum salé et quelques antibiotiques. Il y a également une réduction notoire de la durée d’hospitalisation et des évacuations sanitaires étatiques bref, le confort du malade.

Il y a la question de l’abandon du traitement à ciel ouvert de l’adénome de la prostate dans une grande majorité des cas-prostate inférieure à 60 g; une meilleure prise en charge des malades souffrant de cancer de prostate; une meilleure évaluation de la nature des tumeurs de la vessie, par l’obtention de matériel de biopsie fiable; l’amélioration du traitement des tumeurs de la vessie; l’apprentissage et la maîtrise de nouvelle technologie. Cela dit, la technique endoscopique s’applique aussi aux maladies de l’urètre et surtout, aux rétrécissements de cet organe.

Très ravi, le ministre de la Santé a remercié les donateurs pour cette belle action en faveur du Mali et pour la santé de tous, et s’est dit très réconforté par cette séance de résection pratique qu’il a bien suivie.


Mariétou KONATE

08 Juillet 2008