Partager

La ministre de la Santé et du Développement social, Mme Diéminatou Sangaré, a effectué, hier, une visite dans certains établissements hospitaliers pour constater de visu les difficultés qu’elles ont en vue d’apporter des solutions.

Partout où la ministre  est passée, elle a constaté que ces hôpitaux ont globalement en partage des difficultés liées à l’insuffisance d’équipements de qualité, de ressources humaines et financières. De l’hôpital de Kati à l’Hôpital du Mali en passant par ceux du Point G et de Gabriel Touré, les directeurs de ces établissements ont tous énuméré les préoccupations suscitées et requis l’accompagnement de la tutelle pour mieux répondre aux attentes de nos populations.

Le directeur de l’hôpital de Kati, Dr Almoustapha Ouattara, a rappelé que les problèmes de plateau technique et de finances jouent énormément sur les activités de l’établissement. Il y a aussi les salles d’hospitalisation au niveau du service de traumatologie qui ne répondent plus aux normes. Le chirurgien orthopédiste, Dr Sanogo Cheick Oumar, a mentionné la vétusté des installations, notamment des salles d’hospitalisation.

Il a expliqué avoir été contraint de supprimer certaines salles d’hospitalisation. Le service de gynécologie n’échappe pas aussi au manque criard d’équipements. «La gynécologie peut faire 8 à 12 accouchements par jour. Or, les équipements pour le faire font défaut. Il n’y a même pas une table pour l’anesthésie», a déploré Dr Aminata  Kouma, gynécologue obstétricienne au sein de l’établissement.

À l’hôpital du Point G, la délégation a visité le laboratoire, la pharmacie hospitalière, le bloc de réanimation et la morgue. Le directeur général de l’établissement, Dr Ilo Bella Diall a évoqué une insuffisance de ressources financières, de manque de matériels et de ressources humaines.  Au niveau de l’hôpital Gabriel Touré, le directeur général, Dr  Abdoulaye Sanogo, a aussi soulevé les mêmes difficultés, notamment la vétusté des bâtiments, l’insuffisance du personnel et le manque d’équipements.

Cependant, il a tenu à balayer d’un revers de la main, les rumeurs sur le manque d’eau dans la morgue de son établissement, avant de témoigner que l’hôpital Gabriel Touré est non seulement connecté au réseau de distribution d’eau de la Somagep, mais dispose aussi de forages. La délégation ministérielle a pu constater à son arrivée la fonctionnalité du château d’eau et de tout le dispositif d’approvisionnement en eau.

 À l’Hôpital du Mali, Mme Diéminatou Sangaré s’est rendue dans les services de pédiatrie, de gynécologie et de l’imagerie médicale. La directrice générale de cet établissement, Mme Doumbia Sanata Sogoba, a fait part des mêmes préoccupations plus ou moins évoquées dans les autres structures hospitalières.

La ministre de la Santé dira que l’objectif de ce tour des hôpitaux était de voir les conditions de travail de ces établissements, mais surtout de vérifier si les nouvelles installations fonctionnent normalement. Il s’agissait également de voir les conditions de travail du personnel et d’apprécier la qualité des prestations. Mme Diéminatou Sangaré a noté avec satisfaction que les installations marchent bien et que le personnel est dévoué.

Enfin, la ministre de la Santé a indiqué avoir pris bonne note des préoccupations et rappelé que  certaines sont en cours de résolution. Elle a soutenu que de gros projets sont en cours pour améliorer les prestations de ces différents hôpitaux.

Fatoumata NAPHO

SOURCE : ESSOR