Partager

Capitaine Sanogo à Kayes : « Il n’y aura pas d’élection tant que la guerre n’est pas finie »

En tournée dans la 1ère région afin de présenter son fameux comité et recenser les préoccupations des porteurs d’uniformes, le Capitaine Amadou Haya Sanogo sort de sa réserve et indique sans autre forme de procès que l’organisation des élections est liée à la fin de la guerre. Alors question, qui dirige le Mali, le Capitaine ou Dionkiss ?

Il ne saurait avoir d’omelettes sans casser des œufs. Au moment où tout le monde entier a les yeux braqués sur le Mali et entend nous soutenir pour une sortie définitive de la crise, avec des présidentielles dont le 1er tour est prévu pour le 28 juillet, la junte revient avec un autre argument et de taille celui-ci.

A l’entendre parler, l’on se pose un certain nombre de questions. La fin de la guerre serait-elle la présence de l’Armée à Kidal ? La fin de la guerre serait-elle le départ de tous nos soutiens?

Si le 1er questionnement est son idée, il est de mèche avec tous les Maliens qui n’accepteront jamais l’organisation d’élection au Mali sans Kidal ou avec seulement la présence de l’Administration. Quant au second, le Capitaine serait dans les nuages car nul ne pourra s’y opposer. Et puis, n’a-t-il pas d’autres champs à fouiller qu’en s’immisçant dans l’organisation des élections?

Certainement que oui! Car, ils ont échoué sur tous les plans avec l’arrivée des forces étrangères pour bouter les terroristes du Mali. Ce qu’ATT avait toujours soutenu.

Cependant, le Capitaine est aujourd’hui en train de réaliser de très belles choses avec son fameux comité. qu’il continue dans cette expectative et dans l’expectative de se présenter à la présidentielle de 2018 si Dieu nous donne longue vie. Mais pour y arriver, il faut qu’il change de comportement et de stratégie car ATT n’est pas venu de néant, il s’est préparé et est venu avec des arguments très solides et une stratégie montée de toute pièce avec ses alliés du Mali et de l’extérieur.

Alors, Capitaine, expliquez au mieux ce que vous avez voulu dire au peuple en uniforme à Kayes. Sinon il n’est pas aujourd’hui de votre essor de décider de la tenue des élections au Mali.

A bon entendeur salut!

Oumar DIAKITE,

Correspondance particulière depuis Kayes

Source: Zénith Balé