Partager

Dans le cadre de la lutte contre le banditisme en commune II, le 3e arrondissement vient encore de frapper un grand coup en arrêtant huit voleurs, pris la main dans le sac sur le chantier de Samanco-Sodieni, plus connu sous l’appellation de  »Chantier d’ATT ».

Le bras de fer engagé par les forces de sécurité contre les malfrats est désormais entré dans sa phase décisive. Raison pour laquelle le gouvernement, de son côté, ne lésine pas sur les moyens qu’il met à leur disposition. Mais quoique acculés dans leurs derniers retranchements, les malfrats ne cessent de raffiner leurs techniques.

Grâce à la nette amélioration de ses effectifs, observée ces derniers temps, le troisième arrondissement vient d’instituer les patrouilles nocturnes à pied. Celles-ci se révèlent très efficaces et sont à la base des nombreux succès remportés par les hommes du contrôleur général Moussa Cissoko.

Dans la nuit du 14 au 15 mai dernier, les malfrats ont froidement assassiné Sabaké Coulibaly, le gardien d’un chantier de l’AMUPI à Sotuba. Après leur forfait, ils ont emporté tous les fers à béton. Le troisième arrondissement avait été sollicité mais comme le crime avait été commis hors de son territoire, l’Epervier du Mandé avait mis tous les points de vente de fer à béton sous haute surveillance.

Le samedi 19 mai dernier, Zoumana Djigué venait juste de déposer 60 barres de fer enlevées dans le chantier des tracteurs à Samanco-Sodienie quand il tomba dans les mailles des filets de l’Epervier du Mandé, l’inspecteur principal Papa Mambi Kéita
Aux environs de 3 heures du matin, une sotrama est venue débarquer les fers à béton dans une boutique du marché de Médine.

L’Epervier du Mandé a immédiatement encerclé la place et arrêté le livreur et le gardien avant de les conduire au poste de police. Pendant son audition, Zoumana Djigué s’est mis à table. C’est ainsi qu’il a confié à l’Epervier du Mandé que c’est aux environs de 2 heures du matin que ses complices et lui avaient enlevé 60 barres de fer du chantier d’ATT. Il s’agit de Sidi Coulibaly, Hama Guindo, Boubacar Diarra, Seydou Tangara, Modibo Diakité, tous des ferrailleurs sur le chantier.

C’était pour satisfaire la commande d’un certain Bouréma Touré un commerçant de la place. Ce dernier, selon les déclarations de Zoumana, était venu personnellement les trouver sur le chantier pour leur proposer l’achat des fers ronds. Aussi, après avoir réussi à enlever les fers grâce à la complicité du gardien du chantier, Zoumana Djigué a aussitôt téléphoné à Bourama Touré.

Celui-ci s’est donc présenté avec une sotrama, il a accepté d’acheter les fers à 122 000 F CFA et sur place il a fait un acompte de 30 000 F CF. Zoumana devait passer à 10 heures prendre les 92 000 F CFA restants. Les six ferrailleurs, le gardien Raliou Maïga et l’acheteur Bourama Touré ont été déférés devant le procureur de la République du tribunal de première instance de la Commune II du District de Bamako.

Pierre Fo’o MEDJO

24 mai 2007.