Partager

Cheick Fanta Mady Diallo n’est plus l’entraîneur du Stade malien de Bamako. Les responsables du club de Sotuba ont accepté sa décision de partir. Mais pour le président de l’équipe, Mahamadou Samaké dit Sam, Cheick Fantamady Diallo est plus qu’un entraîneur chez les Blancs de Bamako.

« C’est le déroulement logique des choses dans la mesure où Cheick lui-même a analysé la situation sportive du club » reconnaît Mahamadou Samaké, président du Stade malien de Bamako joint au téléphone. Pour lui, le Stade malien de Bamako a mal négocié certains matches du championnat, surtout face aux mal classés, et perdu des points qui lui permettaient de mettre la pression sur son rival djolibiste.

Du coup, la quête du fauteuil de leader des responsables, supporters et sympathisants du club s’est transformé en inquiétude. Le premier remède proposé par le premier responsable technique pour sortir le club de l’impasse était la démission. « Je me retire pour le bien du club. Je ne comprends plus les joueurs surtout contre les équipes mal classées.

On ne peut pas continuer et retomber en fin de compte », avait expliqué, Cheick Diallo qu’on a qualifié de pompier du club après le nul vierge contre le Debo de Mopti au stade Modibo Kéita.

Mais pour Mahamadou Samaké, « Cheick est un bon entraîneur. Le mieux pour lui, c’était d’arrêter, histoire de se rappeler comment il était arrivé aux commandes de l’équipe. Il a tiré tous les enseignements ». Et d’ajouter : « Il voulait démissionner, le comité de gestion n’a pas insisté et sa démission a été acceptée.

On ne peut pas l’obliger dans la chose qui le sent le plus ». Et pourtant, selon le président, « Cheick est plus qu’un entraîneur au Stade, c’est un homme respectueux et il travaille bien », a-t-il ajouté. S’agissant de l’environnement autour de Cheick, Sam a dit : « Comme Cheick, tout le monde travaille ainsi, moi-même compris. Quand les résultats ne suivent pas, il y a toujours un environnement difficile. Il se disait beaucoup de choses qu’il trouvait injustes ».

En clair, Sam ne nie pas la compétence de Cheick et ne l’incrimine pas. Il a même reconnu que Cheick a fait un bon recrutement, « il a eu seulement un problème au niveau de la préparation de l’équipe perturbée par la Can ». Aussi, la structure du club veut que Cheick ou un autre, l’essentiel, c’est d’avoir le soutien du président et du comité de gestion, et cela n’a pas manqué à Cheick Fantamady Diallo.


« Nous l’avons toujours soutenu, il a décidé d’abandonner »
, a précisé Sam avant de poursuivre « Cheick avait de bons éléments, on les maintient et l’on va les utiliser convenablement pour la suite de la saison ».

Cheick parti, ses adjoints, Ousmane Guindo et Boubacar Coulibaly, sont confirmés au poste d’entraîneur. « Il n’y aura donc plus de recrutement d’entraîneur », a déclaré Mahamadou Samaké. « Nous leur faisons confiance, et il faut compter avec eux », a conclu Sam Djèma.


Boubacar Diakité Sarr

07 Mai 2008