Partager

Le 27e Salon du livre, ouvert le 23 mars Porte de Versailles au cœur de Paris, poursuit son petit bonhomme de chemin. Cette année, c’est la littérature indienne qui en est l’invitée d’honneur. L’Afrique au sud du Sahara est quasiment absente.

La plus grande manifestation littéraire a ouvert ses portes le vendredi 23 mars 2007 Porte de Versailles dans la capitale française dans le temple du parc des expositions. Le 27e Salon qui célèbre l’Inde accueille sur les 50 000 m2 près de 1200 éditeurs, 200 auteurs français et étrangers, qui assurent plus de 3000 séances de dédicaces pour près de 180 000 visiteurs attendus.

Pour fêter l’importance de cette littérature indienne, 30 écrivains indiens sont présents dans un pavillon de plusieurs mètres carrés entièrement consacrés à la production indienne. Ils sont auteurs de romans, d’essais politiques et historiques, de livres pour enfants ou même de bandes dessinées.

Les invités du Salon reflètent une certaine idée de la diversité du second pays le plus peuplé au monde. Cette diversité culturelle reste souvent méconnue. Les ouvrages écrits dans des langues souvent rattachées à des castes dites inférieures et à une grande précarité, sont encore d’un accès très limité, ont affirmé les organisateurs.

Le Salon est l’occasion pour les uns et les autres d’échanger, de vendre des livres, de rencontrer les auteurs ou encore de donner le goût de la lecture par des animations variées. Il faut avoir de bonnes jambes ou de l’énergie pour visiter tous les stands. Des étudiants, élèves ou de simples visiteurs s’entre croisent sur les lieux d’expo, dans des ateliers littéraires, dans les salles de débats animés par des professionnels du BD, Club de jeunesse, Carré des arts.

De grands auteurs de l’édition européenne, américaine, d’Asie, d’Afrique sont présents qui pour des séances de dédicaces, qui pour animer des conférences. L’un des moments attendus est certes, le jeu-concours à la découverte de l’Inde qui permettra de donner le grand prix public du Salon.

Les organisateurs, à travers cette partie, offrent à 15 ouvrages indiens et à leurs auteurs la chance d’une meilleure visibilité. Ouvert au public via près de 400 librairies en France, le jeu-concours sera une belle occasion de revisiter la littérature indienne.

Un constat majeur au Salon : c’est l’absence de maisons d’éditions de l’Afrique au sud du Sahara. Exceptées quelques maisons d’éditions, l’Afrique n’est pas présente à ce grand rendez-vous littéraire. Cette absence, selon un membre de l’Alliance des éditeurs indépendants, est due à un manque d’organisation, de mobilisation des maisons d’éditions africaines.

Le problème ne devait pas se poser puisque selon notre interlocuteur, certains éditeurs en association comme Afrilivres devrait pouvoir être présents.

La clôture du salon est prévue ce soir.

Amadou Sidibé
(envoyé spécial à Paris)

27 mars 2007.