Partager

Le Collectif des associations de développement des cercles du Sahel occidental a tenu le mercredi dernier un point de presse à la Maison des aînés. L’objectif de cette rencontre était de faire le compte rendu aux militants des recommandations issues d’une mission qu’il avait entamé dans le cercle de Kayes, Diéma, Nara, Niono, Nioro, Yélimané et du District de Bamako. La très forte recommandation a trait à la mise en place de brigade de vigilance et d’autodéfense pour conjurer l’insécurité grandissante dans les différentes zones visitées.

La rencontre a enregistré la présence de l’ancienne ministre de la Promotion de la femme de l’enfant et de la famille, Mme Maïga Sina Damba, du président du collectif des associations de développement des cercles du Sahel, Gabouné Kéïta et des membres dudit bureau dont Cheickna Détéba Kamissoko et Souleymane Coulibaly. Cette rencontre avait pour but d’écouter et les uns et les autres en vue de recueillir les différentes propositions de mécanismes susceptibles d’assurer la sécurité des biens et des personnes au sahel et dans le district.

Cette mission a successivement conduit la délégation à Niono, Nara, Diéma, Kayes, Nioro du Sahel, Yélimané et le district de Bamako. « Après avoir écouté nos populations et recensé leurs préoccupations, nous avons élaboré un document de synthèse des recommandations que nous allons remettre aux associations des cercles du Sahel occidental pour validation. Ensuite ce document, une fois finalisée, sera remis au gouvernement pour application « , a expliqué Gabouné Kéita, président du Collectif.

Selon Gabouné Kéita, la mission a été l’occasion de recenser plusieurs points qui préoccupent les populations des cercles visités. Il a entre autres cité, la création de brigades d’auto défense ou de vigilance dans les cercles, la couverture de toutes les localités en téléphonie mobile, la formation des jeunes par les forces de sécurité pour la défense des localités, la création chez l’enfant de l’amour de la patrie. Par ailleurs, il a indiqué que le souhait des populations du Sahel occidental est d’amener le gouvernement à se préoccuper de la gestion des frontières poreuses et non matérialisées.

Renforçant ce propos, un autre membre du bureau a soutenu qu’il est important, pour les populations du Sahel occidental, que ces recommandations soient appliquées pour leur stabilité, gage de développement. L’objectif du Collectif selon le président vise à préserver la paix, la sécurité et la cohésion sociale au Sahel Occidental et dans le district de Bamako à travers la mobilisation des populations en vue d’anticiper les risques pouvant aggraver la situation déjà précaire dans les zones citées.

Rappelons que le collectif qui fonctionne sur fonds propre est composé de huit associations des ressortissants du sahel à savoir : l’ADECNA- Nara ; le KAARTA-Kafo, l’ADESCY-Yélimané, l’ADCN-Sahel ; l’ADCN-Nioro, UDCK-Kayes, l’ANAB-Bamako, Kélégna-Niaréla. Depuis la crise survenue au Nord du Mali, ils ont décidé d’entreprendre une tournée d’information et de sensibilisation à l’endroit des populations résidentes.

Ramata TEMBELY

L’Indépendant du 21 Août 2012