Partager

Le personnel de la Société d’exploitation des mines d’or de Sadiola (Semos) entame en principe une grève de 48 h aujourd’hui 7 juin 2012. Cette grève vient à la suite d’une première grève qui avait été un succès de l’avis des syndicalistes.

Reparti en deux Syndicats, le personnel de la Semos boude depuis deux semaines la direction, pratiquement pour les mêmes revendications. Les syndicalistes du Comité syndical des travailleurs miniers (CSTM) et ceux de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) se plaignent de la non-application de la nouvelle convention des mines, l’arrivée massive des sociétés ghanéennes de sous-traitance et le refus de la direction de la Semos d’entamer de vraies négociations sur leurs conditions de travail.

Selon nos sources, les syndicalistes de la mine d’or, de la CSTM, avaient observé les 31 mai et le 1er juin 2012 une première grève qui a été une « réussite ». En principe, l’autre syndicat de la société d’exploitation, affilié à l’UNTM, sera en grève ce matin à partir de 8 h. A noter que la grève de 48 h des syndicalistes de l’UNTM survient au lendemain de la signature de l’avenant n° 2 relatif à son projet d’exploitation du sulfuré profond. Le document a été paraphé entre l’Etat malien et la Semos, le 1er juin 2012.

Selon un responsable de la direction du Semos, le projet apportera une contribution directe de près de 200 milliards de F CFA à l’économie malienne. Jusqu’à l’heure du bouclage tout le personnel syndical de la Semos ainsi que la direction étaient en pourparlers à Sadiola afin de trouver une solution à l’amiable.

A suivre !

Aminata Traoré

Les Echos du 7 Juin 2012