Partager

Lors de la cérémonie de passation de service au ministère des Affaires étrangères, le ministre sortant, Sadio Lamine Sow, a fait un vrai plaidoyer pour le Mali.

La passation de service a été une cérémonie des plus émouvantes aux affaires étrangères. « Le ministre sortant a laissé parler son cœur« , de l’avis même de ses déjà ex-collaborateurs.

« Voilà, dira-t-il, une administration qui a été dévastée, cannibalisée, pillée par les événements du 22 mars dernier. Cette administration ne doit son salut, sa survie qu’à la formidable force d’engagement, de patriotisme, d’abnégation de son personnel. Je le dis avec aisance puisque je suis partant : vous trouverez rarement dans notre pays un département ministériel où les femmes et les hommes se sont engagés avec autant de foi et de détermination, ont accepté autant de sacrifices parce que, je vous l’assure, chacun ici a conscience que ce département est l’âme de la nation entière aujourd’hui prise dans les tourbillons de l’histoire et la vitrine de verre de notre Etat. J’ai eu le bonheur de le vérifier chaque jour que j’ai passé ici« .

Il dira également sa fierté, « moi qui ne suis ni diplomate, ni fonctionnaire« d’avoir bénéficié dès le premier jour de la loyauté, de l’expertise de tous les travailleurs de ce département. Au nouveau ministre, il dira : « Ne cédez jamais à la tentation des modes, car comme vous le savez M. le ministre, les modes sont faites pour être dépassées : la diplomatie malienne se construit au Mali et nulle part ailleurs. Le Sauveur suprême de la nation malienne est… Malien« .

« Je vous souhaite, a continué Sadio Lamine Sow, réussite et succès dans cette mission difficile et je demande à tout le personnel de vous accompagner et de vous soutenir. Je serais à votre service là où désormais j’aurais encore l’honneur d’être l’humble serviteur de la patrie« .

« J’ai été heureux et fier de les côtoyer hélas trop brièvement parfois en raison de l’agenda forcément ténu d’un ministre des Affaires étrangères. J’ai beaucoup appris à vos côtés en si peu de temps car ce département est le concentré même du genre humain, ouvert sur le monde entier mais surtout épié, scruté, analysé par le monde entier… Je vous remercie tous du fond du cœur et je demande pardon à chacun de vous. Je ne doute pas que vous apporterez le même concours loyal, désintéressé au ministre Coulibaly, un homme dont vous découvrirez bientôt les grandes qualités intellectuelles et humaines. M. le ministre, puisse Allah l’Omniscient, l’Alpha et l’Oméga vous inspirer, vous guider, vous soutenir et puissiez-vous aider votre prochain sans préjudice pour vous et votre famille« .

Alexis Kalambry

Les Echos du 27 Août 2012