Partager

Vols de seize Motos Djakarta, d’ordinateurs et de téléphones portables, c’est le bilan du saccage qui a eu lieu à l’internat des étudiants à Badalabougou. Ces dégâts, selon nos informations recueillies auprès des responsables de la coordination de l’Aeem, ont été commis par l’opposant malheureux à l’élection du secrétaire général du comité Aeem de la Faculté des sciences économiques et de gestion (Fseg), Abdrahamane Diakité et ses éléments. Ces casses ont été précédées le lundi 30 août 2010 par des actes criminels d’un étudiant qui a ouvert le feu sur ses camarades au sein de la même Fseg.

L’internat des étudiants sis à la colline de Badalabougou n’a pas connu de stabilité le mardi 31 août 2010. Les auteurs de cette instabilité sont connus. Des explications des responsables du bureau de coordination de l’Aeem, ce sont les éléments d’Abdrahamane Diakité composés majoritairement des loubards, qui ont fait cette irruption avec des machettes en mains et autres objets de lutte. De sources sûres, ils ont pillé la chambre du secrétaire général élu de la Fseg, Jabar Abdoul Razak Traoré, trois autres chambres qui se trouvent à côté de la chambre de Jabar. D’autres chambres à l’étage de l’internat ont été pillées aussi. Des dégâts importants ont été enregistrés après leurs passages: vols de deux ordinateurs et un téléphone portable dans la chambre du secrétaire général de la Fseg, de seize Motos Djakarta au rez de chaussée de l’internat appartenant à d’autres étudiants etc.

Alerté au moment où il prenait cours à l’Ecole normale supérieure (Ensup) de la situation qui prévaut sur la colline, le secrétaire général de la coordination de l’Aeem, Hamadoun Traoré, s’est vite rendu sur les lieux. Il coïncidera avec l’arrivée des forces de l’ordre du quatrième arrondissement. Mais cela a trouvé que les pilleurs ont pris la tangente. Pour éteindre le feu, il a demandé aux policiers de rentrer pour prendre les choses en mains. Aucun incident n’a été signalé au moment où nous mettions sous presse cet article.

Mais le moins que l’on puise dire, lors de notre passage à la Fseg, les policiers étaient là pour veiller à ce qu’il n’y ait pas de désordre pour perturber les cours. Les choses ne sont pas totalement rentrées dans l’ordre. C’est le même propos d’apaisement que nous a adressé le secrétaire général du comité Aeem Jabar rencontré dans la cour de la Faculté. «Après l’élection qui m’a vu prendre la tête du comité Aeem de la Fseg, j’ai promis de ramener plus d’accalmie au sein de la faculté. Et c’est sur cette lancée que je suis malgré les attaques qui ont été faites mardi dernier et qui me visaient personnellement. C’est pourquoi, je lance un appel pressant à tous de s’impliquer pour que les cours ne soient pas perturbés par une minorité de personnes qui ont choisi le chemin de la violence », a déclaré Jabar Abdoul Razak.

Selon nos informations, ces incidents remontent à l’élection du secrétaire général du comité Aeem de la Fseg au titre de l’année académique 2009-2010. Cette élection s’est déroulée le 20 juillet 2010. Les candidats étaient : Jabar Abdoul Razak Traoré et Abdrahamane Diakité. A l’issue du vote, les étudiants ont porté leur choix sur le candidat Jabar (étudiant en 4è année gestion) pour prendre les destinés de la Faculté au cours de l’année. Mais la victoire de Jabar, d’après nos informations, n’a pas été reconnue par son opposant Abdrahamane Diakité. Il a fallu l’implication de l’administration de la Fseg pour réconcilier les deux leaders pour qu’ils travaillent ensemble afin qu’il y ait accalmie au sein de la Faculté. Toute chose qui a été acceptée par les deux parties. Mais la pomme de discorde entre les deux personnes serait venue au niveau du choix de l’équipe qui va travailler avec le candidat élu, et des personnes qui vont gérer le parking de la faculté. Le vaincu de l’élection aurait imposé au secrétaire général de le prendre obligatoirement comme secrétaire général adjoint et d’associer aussi ses éléments dans la gestion du parking des Motos. Des propositions qui n’ont pas été acceptées par Jabar Abdoul Razak. Ce dernier aurait fait comprendre d’abord à Abdrahamane de le laisser choisir librement ses éléments.

Ensuite, il lui a signifié qu’il est impossible que deux groupes s’occupent de la gestion du Parking qui peut amener des difficultés pour son bon fonctionnement. Vu le refus catégorique du secrétaire général de suivre ses instructions, Abdrahamane aurait déclaré qu’il va transformer la faculté en champ de bataille. Ce qui explique les incidents survenus mardi dernier. Mais avant ces actes de vandalisme, le lundi, un autre incident est survenu au niveau de la même faculté. Suite à une dispute sur la gestion du parking, l’étudiant Moussa Diarra dit Alias «Hitler», un partisan d’Abdrahamane Diakité, a tiré à bout portant sur quatre de ses camarades, à l’aide d’un pistolet artisanal. Certains d’entre ceux-ci, ont été gravement blessés et ont suivi des interventions. Cette agression n’est pas la première cette année de la part d’Abdrahamane et son équipe. Selon Jabar Razak, depuis son élection à la tête du comité Aeem, ces éléments ont été attaqués à onze reprises par Abdrahamane et ses partisans. «Mais en aucun moment, nous n’avons riposté », a-t-il indiqué. Comme pour dire que lui et ses camarades veulent l’apaisement rien que l’accalmie à la Fseg pour que l’année soit sauvée.

Hadama B. Fofana

02 Septembre 2010.