Partager

Les « nouveaux propriétaires » des Collèges Horizon accusent l’État du Mali de ne pas jouer franc jeu.

En conférence de presse vendredi dernier, l’avocat de la Fondation Maarif de Turquie, Me Abouba Ali Maïga, a contesté la violation de domicile et le saccage des biens de Collège Horizon.

Selon Me Maïga, tout ce qui a été fait dans les établissements Collège Horizon l’a été dans le cadre du protocole d’accord signé entre le Mali et la Turquie. Il a toutefois reproché à l’Etat du Mali de ne pas jouer son rôle pour la bonne marche du protocole. « L’Etat n’a pas pris les dispositions idoines pour la mise en œuvre du protocole d’accord », a-t-il regretté.

En réponse aux accusations des « ex-propriétaires » des écoles Collège Horizon d’atteinte à la liberté, de violation de domicile, d’atteinte à la liberté du travail, de dommage à la propriété et de vol, « les nouveaux propriétaires » ont indiqué ne pas s’en inquiéter, car ils n’ont pas violé le protocole d’accord signé entre les deux Etats.
« Tout ce qu’on a fait a été fait dans le cadre du protocole d’accord », s’est défendu Me Maïga face à la presse à la Maison de la presse en présence du directeur de la Fondation Maarif au Mali, Zafer Gedikli.

D’entrée en jeu, l’avocat de la Fondation a rappelé aux journalistes le protocole d’accord du 12 août 2017 entre la République du Mali, représentée par le ministre de l’Education nationale et le gouvernement de la République de Turquie, représenté par Hasan Yavuz, vice-président de la Fondation Maarif de Turquie, transférant la gestion, l’administration des actifs de tous les établissements des ex-Collèges Horizon à la Fondation Maarif de Turquie.

Et de préciser la nouvelle dénomination : les établissements Maarif de Turquie. Me Maïga a assuré les journalistes que son client, la Fondation Maarif, promet de maintenir le même cap.

« En exécution de ce protocole d’accord, la Fondation Maarif de Turquie s’engage à maintenir les contrats conclus avec les enseignants et les autres employés des ex-Collèges Horizon à l’exception des employés turcs, à reconduire tous les baux conclus avec les propriétaires des immeubles et à garantir une qualité meilleure de l’enseignement », a promis l’avocat.

Parlant de l’appartenance de Collège Horizon à une société française, Me Maïga dira que « le gouvernement du Mali a donné la licence à Collège Horizon et l’a retirée à Collège Horizon. L’Etat malien ne reconnait pas Horizon Education France », a précisé Me Maïga.

Youssouf Coulibaly

Du 09 Octobre 2017