Partager

Il va de soit que dans la capitale Bamako, certaines filles font tourner la tête aux hommes. C’est le cas de Boukary qui vient de mettre son mariage de six ans en péril. Le brave Boukary est l’un de ceux-là qui supportent mal de voir une fille déambuler avec ses rondeurs sans vouloir la toucher.

Boukary et Assétou sont mariés devant Dieu et les hommes il y à de cela six ans. Ils ont trois enfants. Dame Assétou a arrêté ses études après avoir échoué au DEF. Au lycée, elle s’est liée avec Awa, les deux filles sont devenues intimes et correspondent toujours. Un jour, Awa qui n’est pas mariée, décide d’aller rendre visite à son amie.

Assétou la présente à son mari. Awa garde toujours son charme et sa beauté de jeune fille. En un mot, elle dispose des atouts pour séduire les amateurs comme notre ami Boukary. Le temps qu’Assétou aille dans la cuisine pour préparer le repas, l’insatiable Boukary en profite pour prendre son numéro de téléphone. Après le repas, Awa décide de prendre congé de son amie. Assétou qui avait tellement confiance en son mari lui demande de déposer son amie chez elle. Le même jour, elle fut «croquée» sans formalités dans un hôtel de la place. C’est le début d’une relation amoureuse.

Les amants se voyaient régulièrement dans l’hôtel situé non loin de l’ex siège du Pdes. Au point même de bénéficier de quelques largesses du gérant de l’hôtel. Un jour, au moment où Boukary rentre dans l’hôtel avec sa « go », il est repéré par une cousine d’Assétou venue lever le coude avec son copain. Rapidement, Assétou est mise au courant. La dame qui, dit-on, est très jalouse, n’a pas mis du temps à comprendre que son mari trame quelque chose. Un jour, elle décide de le suivre discrètement avec sa cousine. A quelques mètres de l’hôtel, les deux dames marquent un arrêt. La concernée constate que son mari est en train d’entrer à l’hôtel avec son amie. Les deux attendent.

Au bout d’une heure , le « Don Juan » ressort avec Awa. Satisfait du travail qu’il vient d’accomplir. La voleuse de mari, tout souriante, est aussi satisfaite de ce moment particulier. Les tourtereaux tombent sur les deux dames qui surgissent de leur cachette. L’homme a vite fait de prendre la poudre d’escampette. Awa également. Là, une course-poursuite s’ensuivit. Elle fut rattrapée, copieusement tabassée et dénudée. Des femmes vont la recouvrir de pagnes et la conduire dans une maison.

Destin GNIMADI

Le Prétoire du 19 Août 2013