Partager

Dans notre société, la fidélité ou l’infidélité de certains maris est fonction de leur situation financière. Par manque de moyens beaucoup sont contraint de faire profil bas. Il n’est pas rare de voir certains changer de comportement dès que les choses vont mieux, côté finances. C’est le cas de LM, qui vit modestement avec son épouse Sitan, à Banconi. Avec les maigres moyens qu’il tirait de son activité de menuiserie, il parvenait tant bien que mal à s’occuper des dépenses de son foyer. Or, ces derniers temps ils sont nombreux les Bamakois qui se sont tournés vers les meubles d’origine Guinéenne. Cette donne, inconnue il y a quelques années, contraint aujourd’hui beaucoup de menuisiers locaux à fermer leurs ateliers qui ne remportent quasiment plus rien. LM est dans cette situation. Ne parvenant même plus à payer son loyer, il s’est retrouvé un matin face à un dilemme : Le propriétaire de la maison ne voudrait plus accorder un mois de plus à LM qui est à six mois de retard de frais de loyer. On lui demanda de chercher une autre maison. N’ayant aucune possibilité d’en trouver une faute des trois mois de caution qu’il faudra qu’il verse d’emblée, LM explique son malheur à un de ses voisins qui décide de lui venir en aide. Le cousin autorisa LM à aménager gratuitement dans une de ses concessions encore en chantier mais où il pouvait trouver suffisamment d’espace pour mettre sa petite famille à l’abri. LM sauta de joie et démangea dans sa nouvelle résidence située à la périphérie de Bamako. Quelques jours après, le cousin de LM se présenta à lui avec une nouvelle moto ; il conseilla à LM d’abandonner la menuiserie pour faire le moto-taximan, une activité à la mode actuellement. Ce qu’il accepta sans hésiter.

Après deux mois d’intenses activités, la chance commence à sourire à LM qui arrive facilement à verser la recette journalière et à faire beaucoup d’économies. Désormais soulagé du fardeau de la location, le menuisier reconverti en conducteur de moto taxi, a commencé à gagner suffisamment pour améliorer les conditions de vie de sa famille. Mais, ce n’était pas là une préoccupation pour LM. L’amélioration de ses revenus le pousse à embrasser une nouvelle vie. A la faveur d’une course il fait connaissance avec une cliente, Sali qui deviendra plus tard sa copine. Venue à Bamako pour chercher son trousseau de mariage, Sali a vite pris gout à la vie dans la grande ville. Elle a commencé à sortir avec LM qui lui montra un amour sans limite. Tout ce que le chauffeur de moto taxi gagne en fin de journée, il l’investi dans l’achat de divers cadeaux (téléphones, bijoux, pommades éclaircissants….) destinés à faire plaisir à Sali. Au même moment, les dépenses de sa propre famille sont reléguées au second rang.

Les deux tourtereaux vivent intensément leur amour lorsqu’un jour LM proposa à Sali de venir passer quelques jours auprès de lui, en famille. Sali qui savait LM marié s’étonna de cette curieuse proposition, mais LM la rassura tout de suite en lui disant qu’il a mûrement réfléchi à un plan qui fera que Sitan ne se doutera de rien. Sali est convaincue et lui donna son accord. Un matin, assise devant sa cuisine, l’attention de Sitan fut attirée par le bruit d’une moto qui venait de s’arrêter devant leur porte. Elle voit venir son mari qui était accompagné d’une jeune fille qu’il lui présenta comme la fiancée de son meilleur ami. Avec une grande sérénité, LM expliqua à son épouse que l’ami en question lui fait beaucoup confiance, c’est pourquoi il a souhaité que sa fiancée vienne passer quelques jours avec eux le temps de régler des petites difficultés avec ses propres parents. Sitan, en bonne épouse, accueille la jeune dame avec un sourire et s’empressa de lui offrir à boire.

Les nuits, lorsque vient le moment de se coucher, Sitan installe sous la véranda un matelas et une moustiquaire pour rendre agréable le séjour de Sali. C’est ici que Sali passe la nuit, alors que LM et son épouse dorment dans l’antichambre. Sitan était loin de s’imaginer que tout ce que son mari lui avait raconté au sujet de Sali n’était qu’un tissu de mensonges. La nuit, après que chacun ait regagné ses couchettes, LM fait semblant de faire un dernier tour aux toilettes ; Il prend une bouilloire et ouvre la porte. Mais quelques instants après il se retrouve sous la moustiquaire de Sali. Sitan ne comprend rien au comportement son mari qui attend toujours que portes et fenêtres soient fermées pour se rendre aux toilettes ; Elle prit alors la décision de chercher à comprendre quelque chose. L’occasion se présenta encore une nuit. Après s’être assuré que Sitan est bien dans son lit, LM prit la bouilloire, toussote et ouvre la porte prétextant se rendre aux toilettes ; Une fois dans l’obscurité, il fît demi-tour pour rejoindre Sali, consentante, sous sa moustiquaire. Mais c’était sans compter avec la vigilance de Sitan qui, quelques minutes après, prit à son tour une lampe torche pour aller chercher un objet dans la cour. Mais déjà sous la véranda, elle resta bouche bée face à une scène totalement inattendue. Elle trouva, en effet, LM et Sali dans une position inconfortable. Sitan, étonnée, interrogea LM en ces termes : «Doit-on se comporter comme ça avec la fiancée de son meilleur ami» ? A ces mots, les deux se séparèrent précipitamment pendant que Sitan leur a déjà tourné le dos. Le matin, au réveil Sitan trouva que LM est déjà reparti avec Sali qui, couverte de honte et de gêne, n’a pu ni dire au revoir à Sitan encore moins la remercier pour son hospitalité.

A midi, de retour à la maison, LM fut étonné de voir que Sitan n’avait pas préparé ce jour. Il se précipita à l’intérieur de la chambre il constata l’absence de son épouse partie avec toutes ses affaires.

Papa Sow

Source: maliweb.net