Partager

Pour avoir fait partie des trois gagnants de la course hippique du mardi 23 octobre passé, dont la cagnotte était de 12 500 000 FCFA, Seydou Sacko a été froidement assassiné par ses deux copains. Les deux présumés assassins, Bani Kéita et Boubacar Sacko, ont été arrêtés le vendredi 26 octobre par l’épervier du Mandé.

A la date du vendredi 26 octobre 2007, cela faisait quatre jours que Seydou Sacko avait quitté la maison familiale. Inquiétés par cette longue absence, ses parents sont venus voir l’épervier du Mandé, l’inspecteur principal Papa Mambi Kéita pour enquêter sur cette disparition pour le moins troublante.

Celui-ci a aussitôt mis tous ses réseaux d’information en branle et, en même temps, saisi l’opérateur de téléphonie mobile Orange Mali. C’est ainsi que Orange lui communiqua le numéro du tout dernier appel tombé sur le portable de Seydou Sacko.

L’épervier, croyant piéger le détenteur du numéro en question, tomba plutôt sur l’adjudant-chef Sacko de la Brigade territoriale de la gendarmerie de Koulikoro. Celui-ci expliqua à l’épervier du Mandé qu’il y avait trois jours sa brigade avait été saisie de la découverte d’un corps. Une équipe s’était donc transportée sur les lieux. Elle a trouvé le corps en état de putréfaction avancée.

Elle a cependant découvert sur la victime une enveloppe, des tickets de tiercé et une note portant un numéro de téléphone. Les services de la voirie se sont chargés d’enterrer le corps. L’adjudant-chef Sacko dit avoir tenté à plusieurs reprises, mais sans succès, de joindre le détenteur du numéro de téléphone en question, pour lui annoncer la mort de Seydou Sacko.

Fort de ces informations, l’épervier du Mandé relança, une fois de plus, la société Orange Mali qui lui communiqua la liste des derniers appels reçus par Seydou Sacko. Sans perdre de temps, il interpella cinq individus. Suite à ses investigations, il libéra trois d’entre eux et retint deux suspects, Bani Kéita, 26 ans et Baba Soumaré, 33 ans, tous deux résidant à Koulikoro.

La fouille opérée dans les domiciles des deux suspects permit à la brigade de recherches du 3e arrondissement de retrouver la puce et la moto de la victime chez Bani Kéita. Les deux suspects sont donc gardés à vue et les enquêtes continuent.

Pierre Fo’o MEDJO

29 octobre 2007.