Partager

La Cour, présidée par Mme Coulibaly Madeleine Maïga, a infligé la peine de six ans de prison et une amende de 100 000 FCFA à Seydou Touré, accusé de pédophilie. Il a été sommé de payer à la partie civile 250 000 FCFA en guise de dommages et d’intérêts.

C’était lors de l’audience des assises d’hier. De l’information, Il ressort que dans la nuit du 20 octobre 2004, à Djicoroni-Para, aux environs de 22 heures, Seydou Touré remit une somme de cent francs CFA à la petite Fatoumata Doukara, âgée de douze ans, fille de son co-locataire, Madou Dounkara.

Seydou Touré demanda à celle-ci de lui acheter du pain dans une boutique du quartier. Dès que Fatoumata sortit, il s’empressa de la rattraper en cours de chemin pour, ensuite, l’entraîner avec subtilité jusqu’au bord du fleuve Niger où, avec violence, il abusa d’elle, tout en mettant sa main sur sa bouche afin d’étouffer ses cris de souffrance et d’appel au secours.

Constatant l’absence de sa fille, la mère de la petite Fatoumata s’inquiéta et commença sa recherche. C’est ainsi qu’elle aperçut Fatoumata en train de courir, les larmes aux yeux. Alors, elle calma sa fille qui lui expliqua qu’elle venait d’être violée par Seydou Touré. Interpellé, celui-ci avoua, sans ambages, les faits tant à l’enquête préliminaire qu’à l’information.

A la barre, Seydou Touré reconnut les faits tout en soutenant, cependant, qu’il a couché avec l’accord de celle-ci. Et il ajouta que Fatoumata n’a ni hurlé, ni pleuré au moment du rapport. «J’ai couché avec Fatoumata avec son consentement et au moment du rapport, Fatoumata n’a ni crié, ni pleuré» a-t-il ajouté.

Alou Nampé, Procureur de la Commune I, représentant du ministère public, dans sa réquisition, relata les faits selon l’arrêt de renvoi et demanda à la Cour le non bénéfice des circonstances atténuantes à Seydou Touré. Il demanda ainsi à la Cour le retenir dans les liens de l’accusation et de lui infliger le maximum de peine afin qu’il serve de leçon pour la société. «Il faut assainir la ville de ces pratiques et autres crimes. La Cour, dans sa souveraineté, doit punir Seydou Touré afin que cela serve de leçon pour toute la société» a laissé entendre Alou Nampé.

Le conseil de l’accusé, Me Robert Sanou, a reconnu les faits tout en implorant la clémence de la Cour. Dans sa plaidoirie, la défense a exprimé le regret de son client avant de demander à la Cour l’application d’une peine légère, afin que son client puisse avoir une deuxième chance au regard de son statut d’homme marié et père d’un enfant.

N’ayant pas bénéficié de circonstances atténuantes, Seydou Touré a écopé de six ans de réclusion et d’une amende de 100 000 FCFA. Ce n’est pas tout, il a été condamné à payer à la partie civile 250 000 FCFA en guise de dommages et d’intérêts.

Badiougou DIABATE Stagiaire

05 Mars 2008.