Partager

Comme à l’accoutumée à l’occasion de la commémoration du 14 juillet, fête nationale de la République française, l’Ambassadeur de la France au Mali, S.E. Christian Rouyer a offert une réception à sa résidence.

jpg_une-896.jpgComme d’habitude, il y avait du beau monde, ce 14 juillet à la résidence de l’Ambassadeur de France au Mali : des membres du gouvernement, des diplomates, des leaders de la société civile, responsables politiques, artistes et autres. Tous avaient tenu à répondre à l’invitation de Son Excellence, Christian Rouyer pour célébrer la fête nationale de la France.

Et comme on pouvait s’y attendre, la situation que traverse le Mali a occupé une place importante dans le discours du diplomate français. « Le pays est à la croisée des chemins. Amputé des deux tiers du territoire et de près de 15% de sa population, il fait face au défi de recouvrer sa pleine souveraineté sur l’ensemble de son territoire. », a-t-il souligné. Selon l’Ambassadeur de France au Mali, pour que le Mali puisse recouvrer sa pleine souveraineté sur l’ensemble de son territoire, il faut « une Transition consolidée et apaisée ». Et dans ce cadre, la France va encourager tous les organes de la Transition-le Président, le Premier ministre, le Gouvernement et leurs attributions. Pour lui, l’heure n’est pas aux remises en cause permanentes, ni aux états d’âme, ni à l’affichage des divergences fratricides, mais à l’union sacrée.

Dissolution effective du CNRDRE !

Pour recouvrer sa souveraineté, ajoute-t-il, le Mali a besoin de reconstruire son armée. « Il faudra du temps. Le Mali peut compter sur le soutien de ses voisins de la CEDEAO. La France a indiqué qu’elle serait en mesure de reprendre sa coopération militaire et civile, dès que le Gouvernement de transition présenterait sa feuille de route conduisant à des élections libres et transparentes, et dès la dissolution effective du CNRDRE.», a précisé son Excellence Christian Rouyer.

Selon le diplomate français, le Mali a besoin aussi pour recouvrer sa souveraineté de l’adhésion de l’ensemble des communautés vivant au Nord Mali qui doivent pouvoir exprimer leurs attentes lors d’une concertation nationale. Il a affirmé que la France a toujours défendu l’intégrité territoriale du Mali. « Et, a-t-il rappelé, n’en déplaise à ses détracteurs, la France a toujours défendu l’unicité et l’intégrité du territoire malien, car son intérêt géostratégique est précisément la stabilité de la région et non qu’elle soit livrée aux groupes terroristes et aux narcotrafiquants, comme c’est le cas depuis plusieurs années. Elle a aussi pleinement assumé ses responsabilités de membre permanent du conseil de sécurité en le saisissant, la première et très tôt, de cette question.»

Toujours, selon lui, pour recouvrer sa souveraineté, « le Mali doit éradiquer le terrorisme et le narcotrafic qui forment un Etat dans l’Etat et déstructurent les sociétés locales. ». La France, dira-t-il, est disponible à appuyer le Mali dans le cadre du renforcement de la coopération militaire et judiciaire régionale. « Le destin du Mali est, plus que jamais, entre les mains des Maliens. » a souligné Son Excellence Christian Rouyer.

Gaoussou M. Traoré

Le Challenger du 20 Juillet 2012